Ecoutez Radio Sputnik
    Pékin

    Économie mondiale en 2030: l’Asie au top, la France et l’Europe dégringolent

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    363610

    Un récent rapport d’un cabinet britannique place la France, actuelle cinquième puissance économique mondiale, derrière l’Inde, la Grande-Bretagne ou le Brésil d’ici quelques années... La Chine devrait, elle, devenir 1re puissance économique mondiale devant les USA en 2030: bienvenue dans un monde multipolaire, où les Brics raflent la mise.

    Another Brics in the wall. D'ici un an, l'économie indienne devrait dépasser celles de la France et du Royaume-Uni. C'est le résultat d'une étude du cabinet londonien Centre for Economics and Business Research (Cebr), qui avance également que les États-Unis devraient quant à eux être dépassés par la Chine dans les 15 années à venir.

    Durant ce laps de temps, les pays asiatiques devraient s'inscrire dans le classement des dix économies les plus importantes de la planète, confirmant ainsi une tendance observée depuis plusieurs années.

    «Malgré quelques revers passagers, l'économie indienne est en mesure de rattraper celle de la France et celle du Royaume-Uni en 2018. Elle les dépassera toutes les deux pour devenir la cinquième puissance économique en dollars», prévoit le Centre for Economics and Business Research dans son étude publiée mardi, cité par Les Échos.

    Le Brexit, lui, n'a pas eu l'effet tant redouté sur son économie… à l'inverse, il permet au Royaume-Uni de caracoler devant l'Hexagone: «Il y a un an, nous craignions que le Brexit ait un effet transitoire significatif sur l'économie britannique, la plaçant derrière l'économie française pendant cinq ans. Mais il semble maintenant que nos craintes aient été exagérées: la chute de la livre sterling, après le Brexit, a fait que l'économie du Royaume-Uni était plus faible en termes de dollars, alors que la croissance était entravée. Puis la livre sterling s'est rétablie, et avec l'accord transitoire avec l'Union européenne, le pays semble devoir encore dépasser la France dès 2020», note le rapport.

    Mais pour combien de temps? Les prédictions pour 2030 laissent entrevoir un tout autre visage de l'économie mondiale. Les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud depuis 2011), qui représentent près de la moitié de la population mondiale et plus de 20% du produit intérieur brut (PIB) mondial. C'est d'ailleurs le pays hôte du dernier sommet qui devrait rafler la mise: la Chine. Pays le plus peuplé, il est économiquement aujourd'hui deuxième derrière les États-Unis (3e pays en termes d'habitants, mais quatre fois moins peuplé), mais devrait passer en pole position à cette date. «Parce que l'impact du président Trump sur le commerce a été moins sévère que prévu, les États-Unis conserveront leur couronne mondiale un an de plus que prévu dans le dernier rapport», poursuit le cabinet dans son étude. Le Brésil, lui, devrait dépasser la France et le Royaume-Uni d'ici 2028.

    La Russie, qui figure parmi les plus grandes économies du monde, serait «vulnérable au faible prix du pétrole et trop dépendante du secteur de l'énergie», et pourrait tomber à la 17e place d'ici à 2032, alors qu'elle occupe la 11e actuellement.

    Emmanuel Macron
    © REUTERS / Francois Guillot
    En clair, «la tendance intéressante qui se dessine est que d'ici 2032, cinq des dix plus grandes économies seront en Asie, alors que les économies européennes sont en chute du classement et que les États-Unis perdent leur place», conclut Olivier Kolodseike, économiste et co-auteur du rapport.

    Bref, à cette date, le centre de gravité du monde aura basculé de l'Atlantique au Pacifique.

    Lire aussi:

    Top-10 des pays qui attirent le plus d'investissements directs à l'étranger
    À Davos, la Russie évalue ses perspectives de croissance
    Rêve américain vs rêve chinois
    Tags:
    économie mondiale, Asie, Royaume-Uni, Europe, Chine, Inde, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik