Ecoutez Radio Sputnik
    La télévision sud-coreénne diffuse des images d'un essai militaire nord-coréen

    Moscou: une catastrophe sur la péninsule de Corée est possible

    © AFP 2018 Jung Yeon-Je
    International
    URL courte
    8221

    Le niveau de tension autour de la péninsule de Corée est tel qu’un conflit militaire peut y éclater spontanément, après une suite d’incidents fortuits. Si Washington opte pour un scénario militaire, il risque de déclencher une guerre nucléaire dans la région, d’après la diplomatie russe.

    La mise en œuvre de l’option militaire par les États-Unis contre la Corée du Nord provoquera une guerre sans précédent dans la région la plus militarisée du monde, a déclaré jeudi Oleg Bourmistrov, ambassadeur itinérant du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Il y a une option militaire aux États-Unis. Ce n’est pas un document, mais tout le monde a plusieurs fois entendu des officiels américains dire qu’il existait une option militaire qui n’était pas prioritaire […]. Il est clair que la réalisation d’un plan militaire ne réglera pas les questions de la péninsule de Corée, mais provoquera une grande catastrophe militaire sans précédent», a indiqué M.Bourmistrov.

    Le diplomate a rappelé que l’Asie du Nord-Est est surtout la péninsule coréenne était «la région la plus militarisée du monde» qu’il a, par ailleurs, qualifiée de «poudrière».

    «Cela pourrait provoquer un conflit militaire important qui a potentiellement une composante nucléaire», a-t-il ajouté.

    Qui plus est, la situation tendue autour de la Corée du Nord risque de dégénérer en conflit militaire «accidentellement», a estimé le diplomate russe.

    «Une suite d’incidents fortuits peut déclencher une réaction en chaîne des conflits militaires», d’après lui.

    Le diplomate a déclaré que la feuille de route russo-chinoise sur la Corée du Nord, qui a été proposée aux membres des pourparlers à six, était le seul plan de règlement de la situation dans la région.

    «Il n’existe pas d’autres solutions – ni réalistes, ni optimales», a-t-il noté.

    Ces dernières années, la Corée du Nord développe des missiles balistiques intercontinentaux et des ogives nucléaires, expliquant ses activités par une menace émanant des États-Unis. Le plus récent tir d’essai du missile nord-coréen Hwasong-15, qui aurait une portée de 13.000 kilomètres, s’est déroulé le 29 novembre dernier. Pyongyang a annoncé qu’il était désormais capable de porter des frappes nucléaires sur l’ensemble du territoire des États-Unis.

    Lire aussi:

    Feux d’artifice et festivités: Pyongyang célèbre la «naissance d’une puissance nucléaire»
    La "guerre des mots" fera-t-elle exploser la poudrière nord-coréenne?
    Une frappe US contre Pyongyang, «c’est 25 Tchernobyl sur la péninsule coréenne»
    Tags:
    guerre, catastrophe, ministère russe des Affaires étrangères, Oleg Bourmistrov, Asie du Nord-Est, Péninsule de Corée, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik