Ecoutez Radio Sputnik
    revue „Frank&Frei“

    Victoire de la droite et défaite de la gauche en Autriche: les enseignements à tirer

    © Sputnik . Nikolaj Jolkin
    International
    URL courte
    0 112

    Suivis par les nationalistes, les conservateurs ont remporté les législatives en Autriche, de sorte que le «modèle gauche» n’a pas été choisi par les Autrichiens pour un nouveau mandat. Le rédacteur en chef et l’éditeur de la nouvelle revue viennoise «Frank&Frei» parlent de ce phénomène à Sputnik.

    L'élection du Président fédéral s'est soldée par une victoire très incertaine de la gauche qui avait mobilisé toutes ses forces à l'aide des médias et de l'Église pour imposer son candidat Van der Bellen, a rappelé à Sputnik Werner Reichel, rédacteur en chef de la revue qui procède à une analyse réaliste des processus en cours sur le continent européen.

    Panel de discussion à „Frank&Frei“
    © Sputnik . Nikolaj Jolkin
    Panel de discussion à „Frank&Frei“

    «Ensuite, le peuple a sans doute réévalué la situation ce qui a amené lors des législatives, à une victoire grandiose des partis bourgeois de droite, notamment du Parti populaire autrichien (ÖVP) de Sebastian Kurz et du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ, nationaliste) de Heinz-Christian Strache», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    L'éditeur de «Frank&Frei» Christian Günther a reconnu dans un entretien accordé à Sputnik qu'il était devenu pour la première fois évident qu'une majorité conservative était possible en Autriche. Par ailleurs, il a expliqué la différence entre les Autrichiens et les Allemands.

    «Les Autrichiens ne sont pas prêts à accepter la culture de l'hospitalité [imposée par Angela Merkel, ndlr]. Aussi, la résistance à celle-ci est-elle aussi grande en Autriche», a souligné M.Günther.

    Et d'ajouter que le succès du Parti de la liberté d'Autriche était en quelque sorte comparable à celui de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD).

    «Les conséquences des portes ouvertes et d'un afflux massif de migrants, c'est un État social hypertrophié où les dépenses "explosent", en affectant la qualité de vie de la population autrichienne. Il faut attendre pour voir si le nouveau gouvernement sera reconnu et s'il réussira, s'il pourra réaliser d'importantes réformes et travailler contre l'Union européenne et s'il osera même le faire», a noté l'éditeur, estimant que le temps de l'orientation de l'Europe exclusivement sur l'espace anglo-américain était révolu.

    Selon Werner Reichel, les attaques actuelles contre la Russie sont parfaitement contreproductives.

    «L'Europe et la Russie ont incontestablement besoin de bonnes relations étroites», a résumé le rédacteur en chef de «Frank&Frei».

    On lit sur la couverture de la 4e édition de la revue sur laquelle on trouve, entre autres, la photo de la chancelière allemande: «Mauvaises cartes. Comment l'Europe perd son avenir».

    Lire aussi:

    Sebastian Kurz part-il à Moscou à la recherche de l'«amitié»?
    L'extrême-droite autrichienne gagne du terrain aux élections régionales
    Le virage à droite de la nouvelle coalition autrichienne inquiète Bruxelles
    Tags:
    résistance, nationalisme, droite, gauche, défaite, victoire, élections législatives, législatives autrichiennes (octobre 2017), Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Parti populaire autrichien (ÖVP), Alternative pour l'Allemagne (AfD, parti populiste allemand), Sputnik, Union européenne (UE), Alexander Van der Bellen, Christian Günther, Angela Merkel, Heinz-Christian Strache, Sebastian Kurz, Werner Reichel, Russie, Allemagne, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik