International
URL courte
Par
550
S'abonner

Polémiste et polémique, pourfendeur de la «décadence occidentale», critique féroce de la religion chrétienne, Michel Onfray était l’invité de Sputnik. Quelques mois plus tard, l’universitaire Jean-Marie Salamito lui a répondu à notre antenne. C’est le premier débat –à distance– qu’a choisi de nous présenter Édouard Chanot pour son Best of 2017.

Sommes-nous finis? Sommes-nous les derniers hommes? Notre société est-elle décadente? En d'autres termes, est-elle au bout du rouleau? Et dans ce cas, quelle en serait l'origine? Le constat du déclin est souvent partagé aujourd'hui. Pourtant, les thuriféraires de cette thèse se voient souvent écarter d'un revers de main méprisant par la caste politico-médiatique actuelle et se voient accusés de «déclinisme».

L'essai de Michel Onfray, titré Décadence, lui a valu de telles mises à l'index. C'est un ouvrage ambitieux, avançant l'argument selon lequel toutes les civilisations obéissent au schéma du vivant: qui croît avant de parvenir à maturité, avant évidemment de décroître et naturellement de pourrir. Mais plus profondément, l'essai est avant tout une critique au vitriol du «judéo-christianisme», prémisse d'une remise en cause de l'islam, de la Révolution française, du marxisme ou encore du fascisme.
C'est justement cette critique du judéo-christianisme qui a provoqué une réponse de l'historien Jean-Marie Salamito, que nous avons interrogé quelques mois plus tard. Un joli duel, à retrouver ici:

Entretien avec Michel Onfray (février 2017):

Entretien avec Jean-Marie Salamito (juin 2017):

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
polémique, christianisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook