Ecoutez Radio Sputnik
    Une manifestation à Iran

    Les autorités iraniennes menacent les émeutiers de lourdes sanctions

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    Manifestations en Iran (31)
    9233

    Le chef du Tribunal révolutionnaire de Téhéran a promis de durcir les sanctions contre ceux qui continuent de recourir à la violence pendant les manifestations trois jours après leur commencement, écrit l’agence iranienne Tasnim.

    Les Iraniens qui continuent de descendre dans les rues pour participer aux violences, trois jours après leur début, s'exposent à de lourdes sanctions compte tenu de l'interdiction du ministère de l'Intérieur concernant de pareils rassemblements, a souligné Hojjatoleslam Mousa Qazanfarabadi, chef du Tribunal révolutionnaire de Téhéran.

    Chaque jour qui passe, les personnes arrêtées lors de ces rassemblements feront face à des peines plus lourdes «car ils ne sont plus considérés comme des manifestants, mais comme des émeutiers», indique l'agence Tasnim citant les propos de M.Qazanfarabadi.

    Il a également noté que des personnes déjà interpellées à Téhéran et dans d'autres villes, pour avoir organisé les émeutes et avoir des liens avec des services d'espionnage étrangers, comparaîtraient bientôt devant le tribunal.

    Selon l'article 27 de la Constitution iranienne, «les rassemblements publics et les marches sont autorisés tant que les participants ne portent pas d'armes et ne violent pas les principes fondamentaux de l'islam».

    Auparavant, le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Shamkhani, avait affirmé que les manifestations de ces derniers jours en Iran se déroulaient dans le cadre de la «guerre par procuration» menée par certains pays contre Téhéran, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite, comme en témoignent les hashtags et les messages à propos de la situation qui en proviennent.

    Selon la télévision publique iranienne, 20 personnes ont trouvé la mort lors de ces trois jours de manifestations en Iran. De plus, près de 450 personnes ont été arrêtées à Téhéran, selon la police locale.

    Plusieurs villes iraniennes ont connu, au cours de ces derniers jours, des mouvements de protestation. Certains meetings ont dégénéré, selon les médias locaux. Commentant dimanche la situation dans le pays, le Président Hassan Rohani avait souligné que manifester était un droit constitutionnel du peuple, mais a mis en garde contre les violences. Lundi, il a en outre indiqué que les manifestations étaient aussi bien provoquées de l'extérieur que par des problèmes internes.

    Dossier:
    Manifestations en Iran (31)

    Lire aussi:

    Le Conseil de sécurité iranien désigne les responsables des manifestations
    Manifestations en Iran: des provocateurs arrêtés
    Les «ennemis» ne font fi d’aucun moyen pour nuire au peuple iranien, selon Khamenei
    Tags:
    manifestation, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik