International
URL courte
653
S'abonner

Les services de renseignement de sa Majesté auraient décidé de réembaucher des employés licenciés lors des récentes réductions d’effectifs en vue de «booster» la lutte contre le terrorisme dans le pays.

Le Government Communications Headquarters, service de renseignements électroniques du gouvernement du Royaume-Uni, a réembauché 200 anciens employés; le Secret Intelligence Service (MI6), service de renseignements extérieurs, en a rappelé 73 et le Security Service (MI5), service de renseignement responsable de la sécurité intérieure, 7, relate le journal The Telegraph, se référant au Joint Intelligence Committee (JIC).

En outre, il n'est pas rare que les services de renseignement britanniques embauchent des agents contractuels et consultants à mi-temps, ce qui leur coûte en moyenne 1,2 milliard de livres sterling par an, soit un tiers de leur budget total.

Au demeurant, certains parlementaires britanniques ont critiqué cette initiative. «Bien qu'il existe toujours la nécessité de réembaucher certains anciens employés dans des circonstances exceptionnelles, on doit recourir à cette pratique le moins souvent possible compte tenu des dépenses associées considérables», ont fait remarquer les députés.

Ils ont également critiqué les réductions d'effectifs menées entre 2011 et 2014, qui ont à leur avis mené sur la crise actuelle.

Le Royaume-Uni a été la cible d'attentats islamistes meurtriers entre les mois de mars et juin derniers, qui ont fait 36 morts au total.

Deux de ces attaques ont commencé à l'aide de voitures béliers sur des ponts de Londres. L'attentat le plus sanglant a visé une foule à la sortie d'un concert de musique pop à Manchester, faisant 22 morts.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
Tags:
terrorisme, renseignement, GCHQ (Government communications headquarters), MI6, MI5, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook