Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Les parlementaires britanniques ont tenté 24.000 fois de regarder du porno en 2017

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    239

    Le parlement de sa Majesté est de nouveau au cœur d’un scandale pour le moins délicat: il y a eu en 2017 au moins 24.000 tentatives d’accéder à des sites pornographiques de la part de parlementaires depuis leur poste de travail. Suite à la démission d’un ministre, Theresa May envisage de réformer son cabinet politique.

    Depuis les dernières élections au Royaume-Uni, 24.000 tentatives d'accéder à des sites au contenu pornographique ont été enregistrées au parlement, relate le journal Der Spiegel, se référant aux données officielles récoltées par l'agence Associated Press.

    À en juger par les données, il y a eu entre juin et octobre 2016 au moins 160 tentatives par jour de la part d'employés, d'assistants et de fonctionnaires du parlement. D'après un porte-parole, les sites Internet en question ont été bloqués par le réseau interne. Ainsi, il ne s'agit en effet pas de «clics» fructueux. Il est à noter que des appareils personnels peuvent également s'y connecter via WI-FI.

    En décembre, le Vice-premier ministre Damian Green avait été forcé de démissionner après avoir menti sur la découverte d'images pornographiques sur son ordinateur, qu'il avait néanmoins nié avoir visionnées ou téléchargées lui-même. Son siège est encore vacant.

    La Première ministre Theresa May envisage ainsi une recomposition de son cabinet. «Le départ de Damian Green peu avant Noël signifie que des modifications sont indispensables, et j'envisage d'en entreprendre quelques-unes», a affirmé Mme May à la BBC.

    Le nombre de tentatives d'accès à des sites pornographiques a néanmoins baissé ces dernières années. Il s'élevait à 231.020 en 2015, et 113.208 en 2016.

    Lire aussi:

    Du porno «extrême» découvert sur l’ordinateur de l’adjoint de Theresa May
    La pornographie est une «castration insidieuse de la population masculine»
    Pour empêcher la vengeance pornographique, Facebook suggère l’envoi de photos de nu
    Tags:
    site X, parlement, pornographie, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik