International
URL courte
8181
S'abonner

En insistant sur de longues années d’ingérence russe dans les élections aux États-Unis, les services secrets américains «mentent effrontément», car avant l’élection de Donald Trump au poste de Président, personne n’en avait jamais parlé, a relevé Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.

Intervenant sur la chaîne CBS, le directeur de la CIA Mike Pompeo a affirmé que, «depuis des décennies», la Russie s'appliquait à torpiller les élections aux États-Unis, déclaration que la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a commentée sur sa page Twitter.

«Le fait qu'au cours de toutes ces "décennies", ni services secrets, ni officiels américains n'en ont parlé une seule fois et n'ont jamais soulevé de tels problèmes dans leurs contacts avec la Russie est sans doute la meilleure preuve attestant qu'il s'agit là d'un mensonge pur et simple», a relevé la diplomate.

Et d'ajouter qu'il n'y avait pas un seul sujet, ni film ni intervention sur ce thème tant que le système électoral américain n'avait pas donné de résultat prenant la forme de l'élection de Trump à la présidence des États-Unis.

«C'est seulement alors que tout a commencé, qu'il s'agisse d'accusations gratuites, de la recherche d'un ennemi extérieur ou de lamentations interminables à propos de la "main du Kremlin"», a rappelé Mme Zakharova.

Des enquêtes indépendantes sur l'«ingérence russe» dans l'élection du Président des États-Unis remportée par Donald Trump se poursuivent au sein du Congrès américain. Le FBI mène lui aussi une investigation similaire.

Les médias américains publient régulièrement des informations, provenant de sources anonymes, concernant des contacts des membres de l'équipe Trump avec des officiels et des hommes affaires russes.

La Russie a, à plusieurs reprises, démenties toutes les allégations selon lesquelles elle aurait influencé la présidentielle américaine. Le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov les a qualifiées d'«absolument infondées».

Lire aussi:

Explosions des «fermes» à batteries lithium-ion, scénario catastrophe pour le monde?
Projet de loi sanitaire devant le Conseil constitutionnel, ce qui pourrait tout faire capoter
Macron «emprisonné» par des colliers de fleurs en Polynésie, puis détourné sur les réseaux sociaux – images
«D'où ça sort que 20% décident du sort de 80%?»: l’exaspération contre les «antivax» monte d’un cran
Tags:
ingérence russe, accusation gratuite, président, mensonge, élections, Présidentielle américaine 2016, Twitter, Inc, CBS, FBI, Congrès des États-Unis, CIA, Mike Pompeo, Donald Trump, Maria Zakharova, Dmitri Peskov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook