International
URL courte
1150
S'abonner

Une photo d’un homme tatoué devenue virale sur Facebook a permis aux forces de l’ordre de capturer un ex-chef de la mafia japonaise qui était recherché depuis des années pour meurtre.

Shineharu Shirai, 74 ans, ancien chef du clan Yamaguchi-gumi, la plus grande famille de yakuzas du Japon, a été arrêté mercredi à Lop Buri, en Thaïlande, après qu’il s’était fait photographier sur un marché local lors d’un jeu d’échecs.

​Une photo représentant l’homme âgé couvert de tatouages et dépourvu de l’auriculaire gauche est devenue virale sur Facebook. Des tatouages lui recouvrent le torse, le dos et les bras. Ces tatouages l’ont démasqué: la police a supposé qu’il était un ancien yakuza et a envoyé la photo à l’ambassade du Japon qui a confirmé cette hypothèse.

Selon le journal Bangkok Post, une équipe formée par Interpol et la police thaïlandaise a arrêté le vieillard alors qu’il allait faire des emplettes. Shineharu Shirai, qui n’avait pas de papiers d’identité, a d’abord été accusé d’entrée et de séjour illégaux dans le pays. Mais la justice japonaise le recherche depuis 2005 pour meurtre d’un membre du gang Kamiya.

​«Les preuves fournies par les autorités japonaises indiquent clairement que Shineharu Shirai s’est associé avec sept autres gangsters pour assassiner Kashihiko Otobe, chef adjoint du gang Kamiya» en juillet 2003, a déclaré jeudi Veerachai Songmetra, chef adjoint de la police thaïlandaise cité par les médias locaux.

Pendant son long séjour secret en Thaïlande, l’ex-chef de la mafia s’est marié à une Thaïlandaise. Il a travaillé comme ouvrier, peint des maisons et transporté des sacs de riz dans un moulin de Lop Buri.

Les sept autres membres du gang avaient déjà été arrêtés au Japon et condamnés à des peines allant de 12 à 17 ans de prison.

Lire aussi:

«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Sous-marins: la France a commencé à avoir des doutes sérieux sur le contrat avec l’Australie à partir de juin
Xavier Bertrand évoque «un risque de guerre civile» sur fond de violences de mineurs
En continu: un étudiant tue six personnes et en blesse plusieurs autres dans une université russe
Tags:
Thaïlande, Japon, Bangkok Post, yakuza, mafia, tatouage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook