International
URL courte
0 22
S'abonner

A Tunis, des policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser plusieurs dizaines de manifestants protestant contre la politique d’austérité.

La manifestation qui a rassemblé dimanche à Tunis des centaines de personnes dénonçant la hausse des prix et des impôts, a dégénéré en affrontements avec la police, annoncent les médias.

Organisée à l’occasion du 7e anniversaire de la révolution de jasmin, qui avait entraîné la chute du Président Zine Ben Ali, l’action s’est tenue en présence d’effectifs importants de la police. Dimanche soir, des jeunes, rassemblés dans le quartier d’Ettadhamen, ont jeté des pierres contre des véhicules des forces de l’ordre et ont mis le feu à des pneus, d’après des médias. La police a réagi en tirant des gaz lacrymogènes.

Le gouvernement tunisien a lancé le 1er janvier une politique d’austérité pour réduire certains déficits publics et tenter de redresser la situation économique difficile. Le Fonds monétaire international (FMI) a salué ce budget «audacieux». Cette politique a provoqué un mouvement de protestation. L’Union générale tunisienne du travail (UGTT, principal syndicat) réclame la stabilité des prix des aliments de base (pain, pâtes, couscous, lait, huile végétale et sucre), alors que l’opposition appelle à manifester.

Des manifestations contre la hausse de la TVA, des taux pour certains produits et des tarifs douaniers se déroulent dans le pays Tunisie depuis le début de la semaine. La contestation a dégénéré en émeutes dans certaines villes après la mort d’un manifestant à Tebourba le 8 janvier. Près de 800 personnes ont été arrêtées lors des scènes de violence et de pillage.

Lire aussi:

La ville de Caudry pourra désormais priver des familles de «délinquants» d'aides sociales municipales
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
manifestation, police, gaz lacrymogènes, Union générale tunisienne du travail (UGTT), Fonds monétaire international (FMI), Tunis, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook