Ecoutez Radio Sputnik
    Combattants des FDS

    Syrie: les projets américains pour créer une force frontalière de sécurité

    © Sputnik . Hikmet Durgun
    International
    URL courte
    13336

    Les États-Unis se proposent de créer une force de sécurité de 30.000 hommes sur les territoires contrôlés par les Kurdes dans le nord et le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie et l’Irak. Des représentants des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des Unités de protection du peuple kurde (YPG) commentent ces plans pour Sputnik.

    Il s'agit notamment de créer une nouvelle force de 30.000 hommes chargée d'assurer la sécurité aux frontières de la «Fédération de la Syrie du Nord», a déclaré à Sputnik Mustafa Balli, porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les milices des Unités de protection du peuple kurde (YPG) constituent la composante principale.

    «Les 30.000 combattants vont assurer la sécurité aux frontières de la Fédération de la Syrie du Nord. L'Amérique est favorable à l'idée du fédéralisme et nous soutient dans cette question. Ces 30.000 soldats vont protéger les frontières turque et irakienne, ainsi que la frontière qui nous sépare des forces du régime [des autorités syriennes, ndlr]», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Cela signifie, selon ce dernier, que sur le territoire syrien, la frontière d'une entité fédérale s'est formée. Il s'agit notamment de la prétendue Fédération de la Syrie du Nord qui avait été proclamée à titre unilatéral par les YPG, mais n'a toujours été reconnue par aucun pays.

    «Cette nouvelle force militaire que les États-Unis entendent entraîner et équiper sera appelée force des "Gardes frontaliers". Cette armée fera partie des FDS», a précisé M.Balli.

    Une autre interlocutrice de Sputnik Nesrin Abdullah, porte-parole du bataillon féminin kurde (YPJ), faisant partie des YPG, a souligné pour sa part que cette nouvelle force frontalière de 30.000 combattants ne serait pas une armée en tant que telle, du fait qu'elle sera soumise aux FDS.

    «Il serait plus correct de l'appeler une force militaire au sein des FDS. […] La coalition formera et entraînera ses soldats. En outre, la coalition lui fournira des armes», a indiqué Mme Abdullah.

    Et de préciser que le bataillon féminin kurde ne ferait pas partie de cette nouvelle force, ses combattantes ne participant pas à l'assurance de la sécurité à la frontière.

    Ankara dénonce ces plans des États-Unis, les YPG étant considérées par Ankara comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mouvement séparatiste classé sur la liste des organisations terroristes par la Turquie.

    Lire aussi:

    Ankara se prononce sur une nouvelle force de sécurité en Syrie
    Vice-Premier ministre turc: les USA forment en Syrie une «armée terroriste»
    Les USA auraient fourni des systèmes de missiles sol-air portatifs à des Kurdes syriens
    Tags:
    force, liste des organisations terroristes, porte-parole, séparatistes, frontière, armée, Forces démocratiques syriennes (FDS), YPJ, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Mustafa Balli, Nesrin Abdullah, Ankara, Turquie, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik