Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Père de Boris Johnson: «les Britanniques ne veulent pas de second référendum!»

    © REUTERS / Stefan Wermuth
    International
    URL courte
    8161

    Bien qu’il y ait eu pas mal de problèmes avec le Brexit, même les Britanniques qui auraient voulu rester au sein de l’Union européenne ne tiennent sans doute pas à la tenue d’un second référendum, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Stanley Johnson, père de l’actuel chef du Foreign office.

    Quant à la réponse à la question du départ ou du maintien dans l'UE, il n'y a pas eu beaucoup de changements dans l'opinion publique à laquelle toutes les preuves avaient été présentées, a déclaré Stanley Johnson à Sputnik.

    «Les Britanniques ne veulent pas de second référendum! Je ne pense pas qu'ils aient été induits en erreur. […] Et même parmi ceux qui voudraient rester [au sein de l'Union européenne, ndlr], l'attrait pour un second référendum ne serait pas grand, du moins, compte tenu de sondages», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer qu'on avait déjà eu un référendum, dont les résultats étaient connus de tous.

    «Indépendamment de ce qui se passe dans les négociations, même si les 27 pays n'acceptent pas de proroger l'application de l'article 50, quoi qu'il arrive lors de ces négociations, le Royaume-Uni sortira de l'UE le 29 mars 2019. Aussi, est-il pratiquement impossible d'imaginer dans le pays la tenue d'un nouveau vote sur le Brexit, précédé d'un autre vote sur un référendum», a poursuivi M.Johnson.

    Et de rappeler que la Grande-Bretagne avait bien survécu avant 1973 (année de l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'UE, ndlr).

    «Je suis bien certain que nous pourrons également survivre facilement après 2019!», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Les Britanniques veulent un nouveau référendum sur le Brexit
    Brexit, machine arrière toute?
    Pour Boris Johnson, le Brexit permettra à la GB de devenir le plus grand pays du monde
    Tags:
    adhésion à l'UE, vote, référendum, négociations, Brexit, Foreign Office, Sputnik, Union européenne (UE), Stanley Johnson, Boris Johnson, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik