International
URL courte
4115
S'abonner

Alors que le pape s’est rendu en visite au Chili avant de se rendre au Pérou, trois églises dans la région d'Araucania ont été visées par des attaques dans la nuit du 16 au 17 janvier. Selon un média local, des tracts contenant des slogans des groupes radicaux des Indiens Mapuche auraient été retrouvés sur les lieux.

Trois églises et deux hélicoptères ont été incendiés à Temuco, dans la région d'Araucania, dans le sud du Chili, avant la visite du pape François dans cette ville, a annoncé la chaîne 24 oras.

Selon le média, les attaques ont été menées par des inconnus contre une église protestante dans la commune d'Ercilla et contre une église catholique danse la commune de Victoria. En outre, des inconnus ont incendié une église catholique dans la commune de Collipulli. Le feu a également causé des dommages à l'école voisine.

Dans une commune limitrophe, les assaillants ont mis le feu à deux hélicoptères appartenant à la compagnie forestière locale. Sur les lieux de l'incident, ont également été retrouvé des tracts contenant des slogans des groupes radicaux des Indiens Mapuche.

Il est à noter que trois églises avaient déjà été incendiées mardi dans la même région, et cinq autres ces derniers jours dans la capitale.

Le pape François a célébré devant 400.000 personnes une «messe pour l'intégration des peuples», rendant hommage aux premiers habitants du Chili et de l'Argentine. Les Mapuches (7% de la population chilienne) occupaient un vaste territoire au centre de ce pays longiligne à l'arrivée des conquistadors espagnols au Chili en 1541.

Lire aussi:

Un homme menotté frappé et jeté au sol lors d’une interpellation à Neuilly-sur-Marne – vidéo
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
LREM comptabilise sur la loi Avia la voix d’un député décédé il y a des semaines
Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Tags:
incendie, église, Pape François, Chili
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook