Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Le S-400 russe est bien plus dangereux que vous ne le pensez, selon le National Interest

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    21872

    Le système de missiles sol-air russe S-400 dépasse par nombre de ses caractéristiques les analogues occidentaux et annonce la fin des avions de détection et de commandement AWACS, selon le National Interest.

    Selon la revue National Interest, l'accord conclu avec l'Arabie Saoudite pour l'achat du système anti-aérien russe S-400 Triumph est un coup dur porté aux États-Unis et à leurs alliés européens.

    L'auteur du National Interest, Stephen Bryen, signale que le S-400 est un système qui «change les règles du jeu». En termes de caractéristiques, il est supérieur aux systèmes similaires occidentaux. Le S-400 peut tirer des missiles de portée différente, notamment de 40, 120, 250 et 400 km. L'auteur précise, à titre de comparaison, que le système américain Patriot ne tire qu'un seul missile d'une portée de 96 km.

    En outre, le National Interest fait état des caractéristiques exceptionnelles du missile 9M96E2 d'une portée de 120 km. Sa vitesse est d'environ 5.000 mètres par seconde, soit 18.500 km/h, et il peut abattre des cibles volant à une altitude de 5 mètres.

    Carlo Kopp, l'un des plus grands experts mondiaux de l'aérospatiale, affirme que le S-400 dispose de radars spéciaux conçus contre les avions furtifs modernes tels que le F-22 et le F-35.

    Le développement du système S-400 permet à la Russie de posséder une flotte d'avions de chasse sensiblement inférieure par rapport aux États-Unis et aux pays de l'Otan.

    Selon les experts, le S-400 représente une menace réelle pour les avions de détection et de commandement des États-Unis et de certains autres pays de l'Otan, tels que l'AWACS E-3 Sentry.

    La capacité des S-400 d'abattre des missiles balistiques est, selon les experts, l'argument majeur qui a poussé l'Arabie saoudite à conclure un contrat d'achat avec la Russie. Le National Interest précise cependant que personne ne sait à quel point le S-400 est efficace contre les missiles balistiques.

    Somme toute, le National Interest qualifie de percée la conclusion de contrats militaires entre la Russie et certains pays membres de l'Otan (Grèce et Turquie), ainsi qu'avec des partenaires traditionnels des États-Unis (Arabie saoudite et Émirats arabes unis), tout en déplorant le manque de préoccupation des milieux dirigeants américains face à l'intérêt croissant dans le monde pour les S-400 russes.

    Lire aussi:

    Achat de S-400 par Ankara: quel impact sur les négociations sur les F-35 avec les USA?
    S-400 pour l’Arabie saoudite: le contrat est prêt
    Poutine pourrait livrer des missiles S-400 à Erdogan
    Tags:
    AWACS, F-22 Raptor, Patriot (missile), F-35 Lightning II, S-400, OTAN, Arabie Saoudite, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik