Ecoutez Radio Sputnik
    Un méthanier transportant du GNL

    Un méthanier contenant du gaz russe en partance pour les USA change de cap. Pourquoi ?

    © Sputnik . Sergei Guneev
    International
    URL courte
    15654

    Le méthanier Gaselys, se dirigeant vers les États-Unis avec à son bord une cargaison de gaz liquéfié russe, a fait demi-tour hier soir au milieu de l’océan Atlantique. Les raisons ont été expliquées par Bloomberg.

    Bloomberg a annoncé, se référant à Engie SA, l'entreprise française propriétaire de la cargaison, que le navire reprendrait son voyage et arriverait comme prévu à Boston.

    «La destination finale de la cargaison n'a pas changé. C'est toujours Everett, mais la date de livraison a été ajustée, notamment pour des raisons météorologiques», a déclaré Damien de Gaulejac, porte-parole d'Engie, par courrier électronique.

    Un méthanier du français Engie fait route vers le terminal américain d'Everett, près de Boston, avec à son bord une cargaison de GNL qui provient du projet de la compagnie russe Novatek, Yamal LNG.

    La raison de ce marché est une brusque flambée des prix du gaz sur la côte orientale des États-Unis. En raison de la tempête de neige, ils ont atteint un seuil sans précédent: 6.300 dollars les 1.000 m3. Or, comme le pointe l'auteur de l'article, il est trop tôt pour parler d'une tendance; cette transaction signifie uniquement que le marché gazier devient vraiment universel.

    Il convient de préciser que c'est au malaisien Petronas qu'appartenait le gaz lors de son chargement à Yamal. Depuis, il aurait été revendu à plusieurs reprises, selon le quotidien russe Kommersant. Le fait que l'acheteur final soit le français Engie est dû au fait que la société a réservé des capacités de regazéification égales à 6,9 milliards de mètres cubes par an dans le terminal d'Everett, situé à Boston.

    Le projet Yamal LNG est le premier projet important de liquéfaction de gaz naturel au-delà du cercle polaire. Il prévoit la construction d'une usine de liquéfaction de gaz alimentée par le gisement de South Tambey. Parmi ses actionnaires figurent notamment le russe Novatek (50,1%) et le français Total (20%). Dans le cadre de ce projet, il est prévu de construire trois lignes de production de 5,5 millions de tonnes chacune et une supplémentaire d'une capacité d'un million de tonnes. La production y a été lancée en décembre dernier.

    Lire aussi:

    Un méthanier d’Engie achemine la première cargaison de GNL russe aux États-Unis
    Vous avez dit sanctions? Trois méthaniers ont déjà livré du GNL russe aux USA en 2018
    Projet gazier Yamal: «Total fait entrer la France dans le XXIe siècle multipolaire»
    Tags:
    gaz naturel liquéfié (GNL), Novatek, ENGIE (ex-GDF Suez), Yamal LNG, Iamal, Boston
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik