International
URL courte
5261
S'abonner

Afin d'éviter toute discussion sérieuse avec les membres de la délégation russe à Davos, les Américains préfèrent s'abstenir de tout contact avec eux, en jouant à un jeu très prisé des enfants: le chat et la souris, selon le vice-Premier ministre russe.

Les Américains fuient les membres de la  délégationrusse au Forum économique mondial et évitent toute discussion, a déclaré Arkadi Dvorkovitch,  chef de la délégation sur place.

«Ce n'est pas la Russie qui évite le dialogue, la Russie n'est pas renfermée. Les Américains nous fuient à Davos, alors que c'est un petit village, ils ne veulent pas parler. Ils esquivent les vraies discussions», a indiqué le responsable.

En évoquant les sanctions américaines, le vice-Premier ministre a souligné qu'elles ne faisaient pas partie des sujets de discussion les plus importants.

«Nous parlons des sanctions américaines, mais ces sanctions ne sont pas la chose la plus intéressante au monde, c'est une question insignifiante, nous ne devrions pas perdre de temps là-dessus, nous avons juste besoin de travailler plus efficacement, au lieu de discuter des sanctions», a déclaré le chef de la délégation russe.

Il a ajouté qu'il n'avait pas demandé à rencontrer le Président Donald Trump.

«Je ne suis pas le Président russe, je ne suis pas en mesure de demander à rencontrer Trump, mais je suis prêt à contacter les représentants de la délégation américaine», a répondu le vice-Premier ministre à une question d'un journaliste.

Le Forum économique mondial de Davos se tient du 23 au 26 janvier 2018 dans la ville suisse de Davos.

Lire aussi:

Navalny: le chevalier blanc des Occidentaux rattrapé par ses propos xénophobes
La Défense russe réagit aux propos du Premier ministre arménien sur les Iskander
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Ces départements français sous «surveillance renforcée»
Tags:
délégation, Arkadi Dvorkovitch, Davos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook