Ecoutez Radio Sputnik
    Совместное российско-китайское учение Мирная миссия-2013

    Des médias divulguent la manière dont la Chine crée une armée ultramoderne

    © Sputnik . Pavel Lisitsyn
    International
    URL courte
    3171

    La Chine a sélectionné 120 spécialistes pour travailler dans un institut de recherches afin de booster le développement de l’intelligence artificielle et de technologies quantiques pour leur application dans le domaine militaire, écrit le quotidien South China Morning Post.

    L'armée populaire de libération de la Chine (APL) a sélectionné des spécialistes pour travailler dans l'Académie chinoise des sciences militaires (Republic of China Military Academy), a écrit le quotidien South China Morning Post. D'après le média, environ 95% des chercheurs possèdent des grades universitaires. Ils se spécialisent notamment dans les domaines de l'intelligence artificielle et des technologies quantiques.

    Comme l'indique le média, cette mesure de Pékin est liée à son ambition de devenir une super puissance militaire et technique ainsi que d'atteindre les performances des États-Unis dans ces domaines.

    D'après le journal, ce serait également lié aux tentatives du dirigeant chinois Xi Jinping de créer une armée ultramoderne «qui serait capable d'affronter n'importe quel ennemi en cas de besoin».

    En 2015, Pékin a fait part de son intention de réduire ses effectifs militaires de 300.000 personnes, en rendant dans le même temps l'armée plus mobile et plus efficace. Néanmoins, jusqu'aujourd'hui, l'APL reste l'une des armées les plus nombreuses dans le monde avec environ 2,3 millions de militaires, soit 0,18% de la population du pays.

    Lire aussi:

    «Nous avons besoin d'un esprit plus fort»: Xi ordonne la création d’une armée hi-tech
    Pas à pas, la Chine expulse les USA de l’arène de l’intelligence artificielle
    La Chine fera-t-elle des compromis pour éviter une guerre commerciale avec les USA?
    Tags:
    militaires, technologies, science, médias, armée, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik