International
URL courte
15272
S'abonner

Un méthanier de la société française Engie transportant le premier lot de gaz liquéfié russe produit sur le site gazier Yamal LNG a accosté à un terminal du port américain de Boston, selon Bloomberg.

Bloomberg a annoncé que le méthanier Gaselys de la société française Engie transportant du gaz liquéfié (GNL) russe, se trouvant dans la rade du port de Boston depuis mercredi dernier a enfin accosté. L'information a été confirmée par un porte-parole des garde-côtes.

L'envoi d'un autre méthanier avec du GNL russe est actuellement en cours de préparation. Il doit arriver aux États-Unis aux environs du 15 février. Ce navire, le Provalys, devra d'abord s'approvisionner en gaz à Dunkerque.

Le navire acheminera du combustible dans le nord-est des États-Unis, cette région connaissant une pénurie de combustible en raison d'une fourniture insuffisante de gaz de schiste face à la demande en pic.

Selon les médias, les États-Unis achète du gaz à la Russie suite à une brusque flambée des prix sur la côte provoquée par des intempéries. Les prix montent jusqu'à 6.300 dollars pour 1.000 mètres cubes.

Le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a réagi calmement aux livraisons de gaz russe produit par Yamal LNG aux États-Unis.

«Il n'y a pas d'euphorie ou de sentiments particuliers au sujet du fait que du gaz russe doit être livré aujourd'hui à Boston. Le gaz n'est pas russe, le gaz russe a été vendu. Les molécules sont russes, mais, de fait, c'est la propriété des acheteurs du gaz russe. Cela témoigne de la mondialisation du marché du GNL», a signalé le ministre.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
gaz naturel liquéfié (GNL), ENGIE (ex-GDF Suez), Yamal LNG, Alexandre Novak, Russie, Boston, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook