Ecoutez Radio Sputnik
    Les participants à une procession aux flambeaux consacrée à la mémoire des victimes du génocide arménien dans l'Empire ottoman de 1915, Erevan

    Macron va commémorer le génocide arménien… sans condamner la Turquie

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    27517

    Emmanuel Macron veut inscrire au calendrier une «journée pour la commémoration du génocide» arménien. Après sa reconnaissance en 2001 par l’Assemblée nationale, la France rendra donc hommage aux victimes de 1915, le 24 avril prochain. Même s’il refuse de condamner la Turquie pour ce drame, cette décision risque fort de froisser Ankara.

    «Le combat pour la justice et la reconnaissance est notre combat. Nous le menons par la mémoire en soutenant l'inscription au calendrier républicain d'une journée pour la commémoration du génocide [arménien, ndlr].»

    Emmanuel Macron entend tenir l'une de ses promesses de campagne et c'est devant les 500 personnes du dîner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) qu'il l'a annoncé.

    ​Durant ce dîner annuel qui s'est tenu dans un hôtel parisien ce mardi 30 janvier, à la demande des coprésidents du CCAF, Ara Toranian et Mourad Papazian, Emmanuel Macron a pourtant clairement refusé de condamner la Turquie pour ce génocide, expliquant que la diplomatie de la France devait s'opérer dans le dialogue avec Ankara. Il a justifié sa politique avec la Turquie en affirmant que c'était grâce à des discussions régulières et privées avec le Président Erdogan qu'il y avait eu des avancées dans certains dossiers, notamment la libération de journalistes détenus dans les prisons turques.

    Considérant la Turquie comme un acteur important dans la lutte contre le terrorisme et les migrations, Emmanuel Macron met en avant son pragmatisme dans le dialogue franco-turc. Et c'est aussi pour cela que lors de la visite de son homologue turc le 5 janvier dernier à Paris, le chef de l'État n'avait pas évoqué la question arménienne.

    Si en France elle semble faire l'unanimité —rappelons que la France accueille la 3e diaspora arménienne au monde- en Turquie, cette question divise encore largement. Considérant que les massacres ont eu lieu durant une guerre civile, les autorités turques dénoncent la notion de génocide en qualifiant sa reconnaissance européenne de chantage.

    Cette position du chef de l'État démontre donc une nouvelle fois sa politique du «en même temps»: devoir de mémoire en France sans pour autant condamner la Turquie. S'il a été applaudi lors de ce dîner, il sera intéressant de constater les réactions officielles de la Turquie.

    Outre cette annonce, Emmanuel Macron a rappelé que la France se contentera du seul rôle de médiateur dans le dossier du Haut-Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et qu'en aucun cas, il ne choisirait entre ces deux partenaires économiques.

    Enfin, rappelons que la semaine passée, lors de la réception du chef d'État arménien, Serge Sarkissian, Emmanuel Macron avait annoncé qu'il se rendrait en visite officielle à Erevan en octobre prochain, au moment même où se tiendra le sommet pour la francophonie.

    Lire aussi:

    Le pétrolier iranien Grace 1 quitte Gibraltar un mois après son arraisonnement
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Un attentat suicide dans un mariage fait 63 morts et 182 blessés à Kaboul
    Tags:
    génocide arménien, Emmanuel Macron, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik