International
URL courte
699333
S'abonner

La Russie prendra des mesures pour se protéger dans le cas où des armes nucléaires américaines seraient déployées à proximité de ses frontières et mettraient au péril sa sécurité, affirme un sénateur russe.

La Russie est en mesure de riposter dans les plus brefs délais face à un éventuel déploiement d'ogives nucléaires sur les bases de l'Otan en Europe orientale et dans les pays baltes, a déclaré à Sputnik le vice-Président de la commission de la Défense du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Franz Klintsevitch.

«Dans le cas où des bombardiers stratégiques américains seraient déployées sur les bases de l'Otan en Europe orientale et dans les pays baltes, soit sur les anciens aérodromes soviétiques et sur ceux des pays du Pacte de Varsovie, la Russie réorientera rapidement ses cibles», a-t-il indiqué.

Et d'ajouter: «La Russie sera contrainte de se protéger face à ces menaces».

Le Pentagone a publié vendredi sa nouvelle «Revue de la posture nucléaire» dans laquelle il se dit préoccupé par le développement des forces nucléaires russes. Parmi les autres menaces potentielles, sont cités la Corée du Nord, l'Iran et la Chine.

Le département américain de la Défense indique par ailleurs que les efforts des États-Unis seront concentrés sur le développement des armes nucléaires de faible puissance. La nouvelle doctrine prévoit l'augmentation des dépenses militaires pour la modernisation de l'arsenal et le développement des éléments de la «triade nucléaire» américaine (missiles balistiques, sous-marins stratégiques et bombardiers).

Les États-Unis ont réitéré leur attachement à l'idée d'une réduction de leurs forces nucléaires tout en qualifiant l'accord de l'Onu sur l'abolition de ces armes comme n'étant pas conforme à l'ordre du jour actuel.

Lire aussi:

Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
La science admet la possibilité «d’attraper» le cancer
Tags:
OTAN, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik