International
URL courte
556
S'abonner

Le Président américain a déploré que personne ne prête attention à ses succès dans les domaines économique et social, préférant à la place parler de l’enquête sur «l’ingérence russe» lors des élections présidentielles américaines.

Alors que l'histoire sur la prétendue ingérence russe aux élections présidentielles aux États-Unis fait toujours couler de l'encre, le dirigeant américain estime que cette affaire éclipse ses succès.

«De bons chiffres sur le marché d'emplois et enfin, après de nombreuses années, une hausse des salaires et personne n'en parle. Rien que la Russie, la Russie et toujours la Russie, malgré le fait que, après une année d'enquête, il n'y a aucune collision!», a écrit Donald Trump sur son Twitter.

​Récemment, M. Trump a qualifié l'enquête sur l'«implication» de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de «honte américaine» et de «chasse aux sorcières».

Des enquêtes indépendantes sur l'«ingérence russe» dans l'élection du Président des États-Unis remportée par Donald Trump se poursuivent au sein du Congrès américain. Le FBI mène lui aussi une enquête similaire.

Les médias américains publient régulièrement des informations, provenant de sources anonymes, concernant des contacts des membres de l'équipe Trump avec des officiels et des hommes affaires russes.

La Russie a, à plusieurs reprises, démenties toutes les allégations selon lesquelles elle aurait influencé la présidentielle américaine. Le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov les a qualifiées d'«absolument infondées».

Lire aussi:

Neuf mineurs ont été interpellés dans l'affaire Yuriy
Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Le professeur Raoult s’en prend au gouvernement et au Conseil de l’Ordre des médecins
Tags:
ingérence russe, succès, enquête, élection présidentielle, Donald Trump, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook