Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Ce que l’on sait sur les nouveaux raids de l’aviation israélienne en Syrie

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    Frappes israéliennes sur des sites militaires en Syrie (14)
    8314214

    Drone iranien détruit, F-16 israélien abattu par la DCA syrienne en riposte, et 12 cibles bombardées par l’État hébreu sur le territoire de son voisin… En espace de quelques heures, la tension sur la frontière entre la Syrie et Israël est montée d’un cran. Sputnik retrace les événements et fait le point.

    La tension est montée d'un cran entre la Syrie et Israël ce samedi matin. L'État hébreu a mené une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi iraniennes, et perdant l'un de ses appareils au cours du plus sévère accès de tensions impliquant les trois pays depuis des années.

    Comment tout a commencé?

    L'accès de fièvre a commencé dans la nuit avec un drone iranien lancé de Syrie et qui, à en croire l'armée de l'État hébreu, a violé l'espace aérien du pays.
    Un hélicoptère de combat l'a intercepté et «en représailles», l'armée de l'air a attaqué des éléments du système de lancement de l'appareil sans pilote, selon la même source. Les avions israéliens ont alors essuyé «de multiples tirs de missiles antiaériens».

    Un F-16 israélien abattu

    Un F-16 s'est écrasé dans la région de la vallée de Jezréel, à l'est d'Haïfa, dans le nord d'Israël. La défense antiaérienne syrienne a affirmé avoir touché plusieurs avions de combat israéliens. L'État hébreu a de son côté déclaré que seul un F-16 a été touché.

    Combien d'attaques y a-t-il eu?

    La presse officielle syrienne a fait état de deux attaques distinctes. La première qualifiée «d'agression» contre une base militaire a déclenché une réplique de la défense aérienne syrienne et s'est soldée par le crash du F-16, affirme une source militaire syrienne.

    Les médias officiels syriens ont fait état d'une autre attaque israélienne contre des positions militaires qui a été repoussée dans le sud de la Syrie. «L'ennemi israélien a repris ses agressions contre certaines positions militaires dans la région du Sud et notre défense aérienne lui a répondu et a repoussé l'agression», a déclaré une source militaire syrienne dans un communiqué, citée par Reuters.

    L'aviation israélienne confirme elle aussi cette seconde vague de raids, une attaque «de grande envergure» selon elle. Au total, 12 objectifs ont été frappés, y compris trois batteries de défense antiaérienne et quatre cibles «appartenant au dispositif militaire iranien en Syrie», a affirmé l'armée.

    Ce que disent Damas et ses alliés

    À Damas, l'agence officielle Sana a affirmé que les raids israéliens avaient visé une base militaire dans le centre du pays. Des raids ont aussi visé des cibles proches de Damas et dans le sud syrien.

    Dans un communiqué de leur commandement conjoint, le Hezbollah, l'Iran et la Russie, ont nié samedi toute violation de l'espace aérien israélien par un drone. Le document indique par ailleurs que l'appareil abattu, basé sur la base T-4 dans la province de Homs, était utilisé pour repérer les positions de Daech.

    L'Iran a quant à lui accusé Israël de «mensonges» et a souligné le droit de la Syrie à la «légitime défense».

    Ce que cherche Israël

    L'ambassadeur d'Israël à Moscou, Harry Korne, a affirmé samedi que les miliciens du Hezbollah libanais, soutenus par l'Iran et les rebelles chiites qui soutiennent Bachar el-Assad, devaient être immédiatement écartés de la zone dite de «désescalade» dans le sud de la Syrie, indique l'AFP.

    Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël suit avec la plus grande attention l'évolution de la situation chez son voisin, veillant à ne pas être aspiré dans le conflit tout en frappant ponctuellement des positions de l'armée syrienne ou des convois d'armes à destination du Hezbollah, autre soutien de Bachar el-Assad.

    Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre depuis des dizaines d'années. Les relations sont d'autant plus tendues que trois des ennemis d'Israël opèrent sur le théâtre syrien: le gouvernement de Bachar el-Assad, le Hezbollah et l'Iran.

    Dossier:
    Frappes israéliennes sur des sites militaires en Syrie (14)

    Lire aussi:

    Israël confirme avoir frappé plusieurs cibles sur le territoire syrien, dont des DCA
    «Israël aspire à la paix, mais…»: Netanyahou s’exprime sur les événements de samedi
    Israël détruit des drones syriens utilisés contre les terroristes de Daech
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik