Ecoutez Radio Sputnik
    Bombardier B-52

    Frappes US sur des forces pro-Damas: quelle est la version américaine?

    © AP Photo/ Jockel Finck
    International
    URL courte
    19641

    Le Pentagone a révélé sa vision des frappes que la coalition internationale emmenée par la Etats-Unis a effectuées sur des forces pro-gouvernementales syriennes au cours de la nuit du 7 au 8 février dans la province de Deir ez-Zor.

    Le chef du Commandement central des Forces aériennes des États-Unis (USAFCENT), le lieutenant-général Jeffrey Harrigian, a partagé certaines informations sur les frappes aériennes réalisées par la coalition internationale conduite par les Etats-Unis dans lesquelles des soldats des forces progouvernementales syriennes ont trouvé la mort durant la nuit du 7 au 8 février dans le gouvernorat de Deir ez-Zor.

    Selon lui, la coalition et les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont agi dans le cadre de l'auto-défense et ont repoussé une attaque «non provoquée». Les prétendus assaillants auraient utilisé de l'artillerie et des munitions de chars, des lance-roquettes multiples et des mortiers.

    «Nous avons immédiatement contacté des responsables russes par téléphone pour les prévenir de l'attaque non provoquée contre des positions connues des FDS et de la coalition», a-t-il insisté, ajoutant qu'après ces appels la coalition avait décidé de procéder aux frappes.

    Des chasseurs F-15E Strike Eagle, des drones de combat MQ-9 Reaper, des avions d'attaque au sol AC-130, des hélicoptères d'attaque AH-64 Apaches et des bombardiers stratégiques B-52 ont pris part aux frappes aériennes, a précisé M.Harrigian.

    «Quand les forces hostiles ont pris la direction de l'ouest et se sont repliées, nous avons cessé le feu», a-t-il indiqué.

    Le 7 février, l'aviation de la coalition internationale anti-terroriste a frappé les forces pro-gouvernementales syriennes dans la province de Deir ez-Zor, en invoquant la défense contre une «attaque non provoquée». 25 miliciens syriens ont été blessés dans cette frappe.

    Damas a qualifié ces frappes d'agression et de crime de guerre. Selon le ministère russe de la Défense, les actions du Pentagone, non coordonnées avec Moscou, démontraient que les raisons authentiques de la présence de la coalition sur le territoire syrien ne sont pas la lutte contre Daech, mais la mise sous tutelle des actifs économiques de la Syrie.

    Lire aussi:

    La Syrie appelle l’Onu à enquêter sur les tentatives US de violer sa souveraineté
    Les Kurdes YPG démentent vouloir morceler la Syrie
    Macron: la France n’a pas de «preuve que des armes chimiques ont été utilisées» en Syrie
    Tags:
    attaque, bombardier, militaires, artillerie, char, frappe aérienne, chasseur, AH-64 Apache, F-15C Eagle, MQ-9 Reaper, B-52, Forces démocratiques syriennes, Pentagone, Deir ez-Zor, Damas, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik