International
URL courte
9847225
S'abonner

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, cité par la chaîne de télévision turque NTV, a menacé l'armée syrienne d'entreprendre des actions militaires, si elle soutient les Kurdes à Afrine.

Mevlut Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères, a commenté la récente déclaration faite par les forces pro-gouvernementales syriennes d'entrer dans le canton d'Afrine pour soutenir les Kurdes face à l'offensive des troupes turques «d'ici quelques heures».

«S'ils entrent pour le vider [le canton d'Afrine, ndlr] des YPG [Unités de protection du peuple, ndlr], il n'y a aucun problème. S'ils entrent pour protéger des YPG, rien n'arrêtera ni la Turquie, ni les soldats turcs», a fait savoir le chef de la diplomatie turque lors de sa visite en Jordanie, cité par la chaîne de télévision turque NTV.

Plutôt dans la journée, les forces syriennes ont déclaré, citées par l'agence syrienne Sana, qu'elles se déploieraient avant la fin de la journée dans la région d'Afrine pour prêter main forte aux Kurdes visés depuis fin janvier par une offensive turque.

L'armée turque mène depuis le 20 janvier l'opération Rameau d'olivier contre les Kurdes à Afrine, dans le nord de la Syrie. Cette région est contrôlée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) que la Turquie considère comme terroristes.

Damas a condamné les actions turques à Afrine, tout en soulignant que la région faisait partie intégrante de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Septuagénaire trouvée morte dans son placard: son fils lui a porté environ 150 coups de couteau
Tags:
Mevlut Cavusoglu, Rameau d'olivier, Afrine (Syrie), Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook