Ecoutez Radio Sputnik
    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov

    Lavrov sur les enjeux des USA sur le marché énergétique européen

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    5201

    Les États-Unis cherchent à évincer la Russie du marché européen des ressources énergétiques pour lui imposer leur propre gaz naturel liquéfié, pourtant bien plus cher, a déclaré Sergueï Lavrov.

    Washington veut faire passer les Européens au gaz américain et écarter la Russie du marché énergétique européen, a affirmé ce jeudi Sergueï Lavrov.

    «Nous savons que les mesures antirusses dans les Balkans, et ailleurs dans l'ensemble de l'Europe, sont dans leur majorité dues à Washington. Nous voyons très bien quel est leur objectif: renforcer l'emprise politique et militaire et le leadership des États-Unis, notamment par le biais de tentatives pour évincer la Russie des marchés locaux de produits énergétiques et de contraindre les Européens à utiliser du gaz liquéfié américain, bien plus cher», a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères au cours d'une conférence donnée à l'Université de Belgrade.

    Selon lui, cette politique de Washington, qui a pourtant été soutenue à un moment donné par l'Union européenne, «a eu un impact négatif notamment sur les intérêts de la Serbie, lorsque, sous des pressions extérieures, la Bulgarie a torpillé la réalisation du projet South Stream».

    «Nous espérons qu'une leçon appropriée sera tirée de cette situation. Du moins, nous constatons aujourd'hui des visions bien plus raisonnables de projets aussi importants que Turkish Stream ou Nord Stream 2», a fait remarquer pour conclure Sergueï Lavrov.

    Le projet Nord Stream 2, d'un coût de 9,5 milliards d'euros, prévoit la construction de deux conduites, depuis le littoral russe jusqu'à l'Allemagne en passant par le fond de la Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Plusieurs pays s'opposent farouchement à la construction de cette conduite, notamment l'Ukraine et les États-Unis. Kiev redoute de perdre les recettes qu'elle tire du transit de gaz russe, tandis que Washington espère exporter son gaz en Europe.

    Pour ce qui est de Turkish Stream, le projet prévoit la pose de deux conduites d'une capacité de 15,75 milliards de m3 de gaz sous la mer Noire. Une conduite acheminera le gaz sur le marché turc et l'autre reliera la Russie à l'Europe via la Turquie.

    Lire aussi:

    Turkish Stream: l'objectif de la construction expliqué par la diplomatie russe
    Merkel: le Nord Stream 2 ne menace pas la sécurité énergétique de l’UE
    Le Nord Stream 2 est conçu «pour la sécurité du marché énergétique européen»
    Tags:
    marché, énergie, Nord Stream 2 AG, Sergueï Lavrov, Kiev, Ukraine, mer Noire, Turquie, mer Baltique, Bulgarie, Serbie, Belgrade, Europe, Balkans, Washington, États-Unis, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik