Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Ghouta

    Ce que les médias mainstream ne vous diront pas de la Ghouta orientale

    © Sputnik . Andrei Stenin
    International
    URL courte
    7118110

    En qualifiant la situation dans la Ghouta orientale de «nouvelle Srebrenica», les médias occidentaux évitent de mentionner que la zone en question est dominée par divers groupes islamistes.

    La situation dans la Ghouta orientale
    © Sputnik . Мikhail Voskresenski
    Il y a quatre jours, les forces gouvernementales syriennes ont lancé une opération ayant pour objectif de nettoyer la Ghouta orientale de groupes islamistes, notamment de Jaysh al-Islam, mais aussi du Front al-Nosra, d'Ahrar al-Sham et de Faylaq al-Rahmane.

    Alors que les troupes syriennes intensifiaient leurs tirs d'artillerie et les frappes aériennes sur les combattants islamistes, la Russie a exhorté les groupes armés illégaux à abandonner la résistance et à rendre les armes. Pourtant, ces appels sont restés sans réponse.

    Sur fond de dégradation de la situation humanitaire dans la région, l'ambassadeur russe auprès des Nations unies Vassili Nebenzia a proposé de convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité pour que toutes les parties intéressées puissent présenter leurs initiatives en vue de régler la crise dans la Ghouta orientale.

    Les médias occidentaux se sont pour leur part empressés d'accuser le gouvernement syrien de nouveaux crimes contre l'humanité, tout en refusant de prendre en considération les arguments avancés par Damas.

    «L'armée syrienne combat les terroristes, et ceux qui pilonnent Damas sont eux aussi des terroristes, mais on préfère l'ignorer. C'est une situation compliquée, il ne s'agit pas d'une rue à sens unique», a souligné M.Nebenzia.

    Néanmoins, dans un article consacré à la Ghouta orientale, The New York Times a dénoncé la «barbarie» de l'armée syrienne, citant les déclarations du général Suheil al-Hassan qui avait explicitement promis de donner à ses ennemis «une leçon au combat et dans le feu».

    Pour sa part, The Guardian a comparé la situation qui s'est créée dans la Ghouta orientale au massacre commis à Srebrenica en 1995 durant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Dans l'interprétation du grand quotidien britannique, les forces syriennes et leurs «soutiens russes» ciblent délibérément les civils dans leurs opérations militaires.

    La chaîne qatarie Al-Jazeera a rejoint le chœur, en affirmant que les forces syriennes appuyées par des avions de combat russes avaient attaqué l'enclave, faisant trois centaines de morts. À titre de preuve, la chaîne cite les rapports fournis par les Casques blancs, dont l'objectivité et la véracité ont été à plusieurs reprises remises en doute par le passé.

    En fin de compte, c'est le Département d'État américain qui a accusé les forces syriennes d'avoir mené des «frappes indiscriminées» dans la Ghouta orientale et d'avoir ainsi tué au moins une centaine de civils.

    La porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert a en outre appelé Moscou à cesser de soutenir le Président syrien Bachar al-Assad alors que la violence redouble sur le terrain. Pourtant, le Kremlin a fermement rejeté les rapports sur le meurtre massif de civils dans la Ghouta orientale.

    «Ce sont des accusations infondées, on ignore sur la base de quelles données elles sont avancées (…). Nous ne pouvons pas les accepter», a indiqué le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

    Lire aussi:

    Moscou: les victoires de Damas poussent les USA à l’accuser de raids sur des hôpitaux
    70% des territoires auparavant contrôlés par les radicaux dans la Ghouta libérés
    Une «responsabilité devant Dieu»: les chefs des tribus de la Ghouta font sortir les civils
    Tags:
    conflit, civils, crise syrienne, Front al-Nosra, Casques blancs syriens, Dmitri Peskov, Heather Nauert, Vassili Nebenzia, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik