Ecoutez Radio Sputnik
    Une invasion saoudienne du Qatar moins probable qu’un coup d’État

    Les médias révèlent les intentions US dans la crise autour du Qatar

    © AFP 2018 FAYEZ NURELDINE
    International
    URL courte
    16242

    Les États-Unis entendent organiser une série de rencontres entre les leaders du Golfe avec pour objectif d’aboutir à un accord avec le Qatar. Washington voudrait ainsi réunir les pays de la région afin faire opposition à l’Iran.

    Donald Trump a l'intention de régler la crise diplomatique autour du Qatar en organisant une rencontre entre les leaders de l'Arabie saoudite, du Qatar et des Émirats arabes unis, fait savoir le site Axios en se référant à des sources informées.

    Selon elles, ces négociations doivent aboutir à la conclusion d'un accord avec le Qatar au cours d'un sommet qui aura lieu à la fin du printemps dans la résidence de Camp David, à Washington.

    Le site Axios indique que les États-Unis entendent réunir les pays du Golfe et les persuader de se concentrer sur l'opposition à la politique de l'Iran dans la région.

    Auparavant l'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al Thani avait déclaré que les pays du Golfe étaient entrés en conflit avec son pays à cause de la position indépendante qatarienne.

    Le 5 juin l'Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis et l'Égypte avaient annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar, en accusant Doha de soutenir le terrorisme. Plus tard ils avaient été rejoints par la Libye, le Yémen, les Maldives, la Mauritanie et les Comores.

    Lire aussi:

    Erdogan: l’isolement du Qatar est contraire aux valeurs de l’islam
    Le Qatar prêt au dialogue avec le Quartet arabe par l'intermédiaire des USA
    Crise arabe: les pays du Golfe remontés contre le Qatar
    Tags:
    crise diplomatique, relations diplomatiques, négociations, terrorisme, Donald Trump, Tamim ben Hamad Al-Thani, Golfe persique, Qatar, Washington, Arabie Saoudite, Egypte, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik