Ecoutez Radio Sputnik
    Intervention en Irak, image d'archives

    Une diplomate américaine nomme l’«erreur stratégique du XXIe siècle» commise par les USA

    © AP Photo / Tony Nicoletti/Pool
    International
    URL courte
    517621

    L’intervention militaire en Irak peut être à juste titre considérée comme l’erreur stratégique américaine du XXIe siècle, estime une ancienne ambassadrice américaine dans l’entretien qu’elle a accordé à un média russe.

    L’intervention des troupes en Irak est l’erreur stratégique commise par les États-Unis au XXIe siècle, a déclaré la diplomate américaine Deborah Jones, qui a occupé par le passé le poste d’ambassadrice au Koweït et en Libye.

    «Je ne pense pas qu’au Proche-Orient qui que ce soit nie que l’intervention en Irak était une erreur stratégique et apparaît comme l’erreur stratégique du XXIe siècle», a-t-elle indiqué dans une interview donnée au site russe Gazeta.ru.

    Mme Jones a en outre souligné que chaque action militaire ou terroriste visant les États-Unis était accompagnée de changement de la doctrine militaire américaine.

    «L’ironie de ce qui s’est passé en Irak réside dans le fait que deux généraux du Département d’État — Colin Powell et Richard [Lee] Armitage – étaient opposés à l’intervention, tandis que des civils, dont le chef du Pentagone [Donald Rumsfeld] la soutenaient», a indiqué l’ex-ambassadrice américaine.

    La détention possible d'armes de destruction massive par le gouvernement de Saddam Hussein a servi de motif officiel de l'intervention armée en Irak en mars 2003. Ces armes n'ont jamais été découvertes. En septembre 2010, Washington a officiellement annoncé la fin de cette opération militaire.

    En mai 2017, l’ancienne secrétaire d’État américain Condoleezza Rice, qui a en outre occupé entre 2001 et 2005 le poste de conseiller du Président américain à la Sécurité nationale, a déclaré lors d’une conférence du think-tank Brookings Institution à Washington que le véritable but de l’opération était de renverser le Président Saddam Hussein.

    «Nous ne sommes pas allés en Irak pour apporter la démocratie. Nous avons été en Irak pour renverser Saddam Hussein. C’était une question de la sécurité», a-t-elle alors déclaré.

    Lire aussi:

    Condoleezza Rice nomme le véritable but poursuivi par les USA lors de l’invasion de l’Irak
    Condoleezza Rice nomme le véritable but poursuivi par les USA lors de l’invasion de l’Irak
    Les Irakiens commencent à regretter Saddam Hussein
    Tags:
    erreurs, intervention, Saddam Hussein, Colin Powell, Condoleezza Rice, États-Unis, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik