International
URL courte
13628
S'abonner

Bien que Pyongyang se soit dit aujourd'hui prêt à négocier avec les États-Unis, ces derniers appellent la communauté internationale à continuer d'exercer des pressions sur la Corée du Nord.

La déclaration de Pyongyang concernant son intention de dialoguer avec les États-Unis les a plongés dans la perplexité.

«Nous verrons si le message d'aujourd'hui de Pyongyang, selon lequel il est prêt à engager des pourparlers, annonce ses premiers pas sur la voie de la dénucléarisation. Dans le même temps, les États-Unis et le monde doivent continuer à montrer à la Corée du Nord que ses programmes nucléaire et balistique sont une impasse», a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Tout en soulignant que la dénucléarisation doit être le résultat d'un dialogue avec Pyongyang, Mme Sanders a noté que la communauté internationale devait continuer à exercer des pressions sur la Corée du Nord.

«La campagne de pression maximale doit se poursuivre jusqu'à ce que la Corée du Nord se dénucléarise. Comme l'a dit le Président [Donald] Trump, il existe une voie plus prometteuse pour la Corée du Nord si elle choisit la dénucléarisation».

Une délégation de haut niveau nord-coréenne arrivée à Pyeongchang pour la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver s'est entretenue dimanche pendant une heure avec le Président sud-coréen Moon Jae-in. A l'issue de cette rencontre, Séoul a déclaré que Pyongyang était prêt à mener des négociations avec les États-Unis.

Dans le même temps, l'agence nord-coréenne KCNA a diffusé dimanche un communiqué du ministère des Affaires étrangères dans lequel Pyongyang a accusé les États-Unis d'avoir déstabilisé la situation sur la péninsule coréenne à la veille de la clôture des Jeux olympiques en adoptant de nouvelles sanctions.

Donald Trump a annoncé vendredi de nouvelles sanctions contre 50 sociétés de transport maritime. Ces mesures visent un individu, 27 entités et 28 navires localisés ou enregistrés en Corée du Nord, en Chine, à Singapour, à Taïwan, à Hong Kong, aux Iles Marshall, en Tanzanie, au Panama et aux Comores. L'administration américaine avait précédemment annoncé que ce nouveau train de sanctions était «le plus sérieux jamais imposé à la Corée du Nord».

Lire aussi:

La banlieue lyonnaise «s’embrase», une quinzaine d’individus saccagent une voiture de police – images
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Elle trouve un appartement secret derrière le miroir de sa salle de bain - vidéo
Tags:
Sarah Huckabee Sanders, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook