International
URL courte
6124
S'abonner

Malgré la trêve humanitaire instaurée dans la Ghouta orientale en Syrie, destinée à évacuer la population civile de la zone, aucun non-combattant n’a pu quitter le secteur à cause des pilonnages des terroristes, annonce le représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de division M.Zolotoukhine.

La deuxième journée de la trêve humanitaire imposée dans la Ghouta orientale et destinée à évacuer les civils n’a pas donné de résultats.

«A la fin de la deuxième journée de trêve humanitaire, aucun civil n'a pu quitter la Ghouta orientale à cause des tirs de mortiers des terroristes», a déclaré le représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de division Vladimir Zolotoukhine.

Le général de division a précisé que les ambulances et les bus destinés à transporter les civils sont toujours positionnés près du couloir humanitaire dans la localité de Muhayam-al-Wafedin.

Plus tôt M. Zolotoukhine a déclaré que, selon les informations à sa disposition, environ 300 civils ont essayé de passer par le couloir humanitaire mercredi matin. Cependant, des hommes armés ont ouvert le feu, forçant ainsi les gens à reculer.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré lundi qu’à la demande de Vladimir Poutine une trêve humanitaire quotidienne serait instaurée dans la Ghouta orientale à partir du 27 février entre 9h et 14h, heure locale.

La première trêve humanitaire dans la Ghouta orientale a été sabordée par des combattants. Aucun civil n’a pu quitter le secteur. Les forces armées syriennes respectent toutefois le cessez-le-feu et ne réagissent pas aux provocations, a déclaré mardi  Vladimir Zolotoukhine.

Lire aussi:

L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Tags:
trêve, pilonnage, Ghouta orientale, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook