International
URL courte
6452
S'abonner

Dans la nuit de jeudi à vendredi, alors que des groupes terroristes poursuivaient leurs pilonnages malgré la trêve, les premiers civils, deux enfants, ont réussi à emprunter le couloir humanitaire reliant la Ghouta orientale à Damas.

Deux enfants ont traversé le couloir humanitaire menant en dehors de la Ghouta orientale, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Des militaires syriens sont venus à leur secours, malgré les tirs des groupes d'extrémistes, et les ont mis à l'abri.

«Cette nuit, à 00h25, deux enfants, un garçon et une fille, sont parvenus à passer par le couloir humanitaire», a précisé le représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de division Vladimir Zolotoukhine. «Les militaires syriens en poste au check-point les ont aperçus de loin et ont pu les secourir et les mettre à l'abri, parce que des combattants tiraient contre eux avec des armes légères.»

A l'heure actuelle, des médecins et des psychologues s'occupent des enfants.

Selon M.Zolotoukhine, les civils ne peuvent pas sortir en nombre de la ville parce que des groupes radicaux violent toujours le cessez-le-feu.

Vendredi, «les combattants de Jaych al-Islam [interdit en Russie] ont pilonné, depuis la banlieue est de la localité de Douma, le couloir humanitaire sur la route M2, menant au check-point de Muhayam-al-Wafedin. Le nombre des victimes éventuelles reste à préciser.»

De même, le Centre russe est informé du fait que des militants civils se réunissent en groupes et s'arment pour pourvoir percer le siège des extrémistes, a ajouté M.Zolotoukhine.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré lundi qu'à la demande de Vladimir Poutine une trêve humanitaire quotidienne serait instaurée dans la Ghouta orientale à partir du 27 février entre 9h et 14h, heure locale.

Entre le 27 février et le 1er mars, cette trêve a été violée à de nombreuses reprises par des groupes radicaux qui empêchent les civils de quitter la Ghouta orientale.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
enfants, couloir humanitaire, civils, pilonnage, extrémistes, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Syrie, Ghouta orientale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook