Ecoutez Radio Sputnik
    LFI: «l’Otan est le bras armé, en particulier en Europe, de l’hégémonisme des États-Unis»

    LFI: «l’Otan est le bras armé, en particulier en Europe, de l’hégémonisme des États-Unis»

    © Sputnik . Alexei Vitvitsky
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    12413

    La France doit quitter l’Otan! C’est le souhait des députés de La France Insoumise (LFI), qui dénoncent le manque d’indépendance militaire et stratégique de la France. Ils accusent l’Otan sous contrôle américain de détruire les relations franco-russes et d’instaurer le chaos, notamment au Proche et Moyen-Orient. Réaction du porte-parole de LFI.

    Ils ont cherché l'Otan dans une meule de foin. Les députés de LFI (La France Insoumise) ont présenté, le 2 mars dernier, un amendement à la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 2025, dénonçant l'appartenance de la France à l'Otan. Un amendement à l'article 31, le seul qui fasse explicitement référence à l'Alliance atlantique, pour proposer «de faciliter, simplifier et harmoniser les règles régissant notamment leurs déplacements, les conditions de port d'uniformes et d'armes ou encore le règlement des dommages.»

    Si le texte de l'amendement en lui-même est d'une grande sobriété, «Supprimer cet article», c'est «l'exposé sommaire» de ses motifs qui retient l'attention: les députés LFI utilisent cette occasion afin de demander à nouveau que la France quitte «cette stratégie belliciste et atlantiste.»

    Djordje Kuzmanovic, porte-parole de La France insoumise sur les questions internationales et de défense explique l'action des députés qu'il représente.

    Sputnik France: Pourriez-vous expliquer pourquoi les députés de LFI ont déposé cet amendement?

    Djordje Kuzmanovic: «Cet amendement est en cohérence avec le programme qui a été porté par la France Insoumise pendant la campagne des présidentielles et qui consistait à dénoncer l'Otan comme une organisation belliciste et qui limite les choix stratégiques de la France, son indépendance et ses possibilités de peser sur le destin du monde, en ne servant pas simplement de supplétifs aux États-Unis.»

    Sputnik France: Est-ce un coup d'épée dans l'eau, une manifestation sans possible résultat? Ou peut-on vraiment imaginer que l'Union européenne et la particulièrement France puissent se passer de l'Otan?

    Djordje Kuzmanovic: «L'Otan est le bras armé, en particulier en Europe, de l'hégémonisme des États-Unis. Est-ce que l'on veut réellement avoir une Europe forte, indépendante, qui se positionne en propre sur la destinée du monde? Ou est-ce que l'on veut une Europe qui obéisse aux injonctions des États-Unis?

    On le voit dans de nombreux cas, les États-Unis interdisent des prises de position internationales, interdisent des ventes à l'étranger, comme cela a été le cas d'avions Rafale à l'Égypte, ou comme c'est le cas sur le plan géopolitique avec la visite, assez étonnante, de Jean-Yves le Drian en Iran où il reprend, de facto, la nouvelle ligne géopolitique incarnée par Donald Trump et qui met de nouvelles tensions avec l'Iran. Ne parlons pas de la situation en Ukraine, où nous avons fait du suivisme des intérêts des États-Unis, qui est un problème pour la paix en Europe. Ne parlons pas non plus du bouclier antimissile auquel François Hollande a fait participer la France dès 2012 et qui est une des plus grosses sources de tensions actuellement avec la Russie.

    Donc on le voit, l'indépendance et la paix ne peuvent se faire pour l'Europe et spécifiquement pour la France qu'en dehors de l'Otan.»

    Sputnik France: Ne vous attaquez-vous pas aux conséquences plutôt qu'aux causes? La cause étant que les traités européens prévoient que la défense de l'UE est fondée sur l'Otan?

    Djordje Kuzmanovic: «Oui, mais notre pression politique est multisectorielle. Nous dénonçons aussi les traités européens. De la même manière que nous dénonçons la Défense européenne, non pas parce qu'elle serait européenne, mais parce que pour le moment elle n'est pensée que dans le cadre de l'Otan. Donc, bien évidemment, une sortie de l'Otan ne peut se faire que si les traités européens sont revus, en particulier sur la Défense.»

    Sputnik France: La France peut-elle se passer de l'Otan, notamment pour mener ses OPEX (logistique, renseignement électronique, etc.)? Quelle alternative pour la France?

    La logistique serait le point faible de l’Otan en Europe
    © AP Photo / Mindaugas Kulbis
    Djordje Kuzmanovic: «L'alternative pour la France est d'avoir une armée qui puisse servir ses intérêts géopolitiques. Effectivement, notre armée a des problèmes en termes de déploiement stratégique, en termes de logistique et en termes de renseignement, il faut les combler afin de pouvoir agir en propre.

    Mais effectivement, actuellement, des opérations comme Barkane ne peuvent être menées que par le soutien des États-Unis.»

    Sputnik France: Vous dénoncez l'Otan comme instrument militaire au service de la politique américaine. Mais depuis un certain nombre d'années, la France rejoint les positions américaines. Reconnaissez-vous une à ce titre certaine cohérence dans la décision française de faire partie de l'Otan?

    Djordje Kuzmanovic: «Évidemment, on reconnaît une certaine cohérence aux atlantistes qui gouvernent la France, en particulier depuis l'époque de la présidence de Monsieur Sarkozy, puis de Monsieur Hollande, puis de Monsieur Macron. Ce sont des gens qui sont très proches des États-Unis, beaucoup de leurs ministres ont été à la French American Fundation, donc c'est en toute logique qu'ils agissent comme atlantistes.

    Mais nous, nous le dénonçons parce qu'ils font perdre à la France son indépendance. Et que même sous Chirac avec Villepin, qui avait fait son discours à l'ONU en 2003, nous avions alors encore une France qui était indépendante et qui pouvait parler autrement au Monde. Ce qui n'est plus possible maintenant.»

    Sputnik France: «En outre, l'extension géographique de l'Otan, qui intègre désormais près de trente pays et s'étend jusqu'en Europe de l'Est, témoigne de la volonté́ des États-Unis de constituer un bloc militaire servant d'instrument de rapport de force face au reste du monde, et notamment face à la Russie.» Vous considérez clairement l'Otan comme fauteur de guerre face à la Russie?

    Djordje Kuzmanovic: «L'Otan n'a de sens que si elle est orientée vers la guerre. Elle aurait dû disparaître avec la disparition du Pacte de Varsovie, et contrairement aux promesses qui ont été faites aux Soviétiques puis aux Russes, l'Otan n'a cessé de s'étendre à l'Est, jusqu'à des propositions faites à la Géorgie, à l'Ukraine, avec les conséquences que l'on sait pour la paix avec la Russie. Très nettement, on peut conclure que l'Otan est un obstacle aux bonnes relations franco-russes.»

    Lire aussi:

    Les députés s’écharpent sur les symboles européens
    L’Otan, source d’un «chaos indescriptible»: les Insoumis déposent un amendement
    L’Europe de la Défense est «contraire aux intérêts de la France»
    Tags:
    OTAN, Djordje Kuzmanovic, Europe, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik