Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron. Photo d'archive

    Macron au dîner du CRIF, tiraillé entre les juifs français et les enjeux israéliens

    © Sputnik . Alexei Vitvitsky
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    45448

    Antisémitisme en France, Jérusalem capitale d’Israël et boycott des produits israéliens, Emmanuel Macron a réaffirmé ses positions lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France. Un exercice d’équilibriste entre les enjeux des juifs français et ceux de l’État d’Israël, tous deux défendus par le CRIF.

    «Tribunal dînatoire où les membres du gouvernement français comparaissent devant un procureur communautaire» ou simple tribune offerte aux pouvoirs publics et plus particulièrement au Président de la République? Alain Finkielkraut avait mis les pieds dans le plat en 2005: le dîner annuel du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) suscite toujours la polémique. Quoi qu'il en soit, l'événement est devenu incontournable pour les chefs d'État depuis Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron n'a pas dérogé à la règle.

    Sur le plan national, le sujet prioritaire abordé durant ce dîner est l'antisémitisme, «le contraire de la République» et «le déshonneur de la France». Emmanuel Macron a rappelé qu'il maintiendrait, durant toute la durée de son quinquennat, l'aide allouée à la sécurité des personnes et les sites de la communauté juive: «l'État assurera sans faiblir son devoir de protection des personnes, lieux de culte, écoles et crèches.»

    Outre la lutte contre l'antisémitisme, qui vise régulièrement certaines banlieues particulièrement touchées, le Président a annoncé la mise en place d'une nouvelle structure pour lutter contre la «cyberhaine». Cette mission sera confiée par le gouvernement à un membre de la société civile, l'écrivain franco-algérien Karim Amellal et au vice-président du CRIF, Gil Taïeb. Cette annonce d'Emmanuel Macron intervient à la suite de celle de Francis Kalifat, président du CRIF, qui a confirmé que son instance allait mettre en place un «observatoire de la haine sur le net». Cependant, cette structure agira seulement pour dénoncer et lutter contre l'antisémitisme et pas contre toutes les «pho (b) ismes», du moins dans un premier temps, a précisé Francis Kalifat: «lorsque notre outil aura fait ses preuves, nous pourrons l'élargir au racisme, à la xénophobie, à l'homophobie, à la haine des musulmans et, aussi, à la haine de la France».

    Une position qui peut interloquer les Français puisque la République ne reconnaît en théorie aucune communauté, donc aucune hiérarchie dans la haine envers ces communautés. L'attention portée à l'antisémitisme s'explique peut-être parce que «les juifs de France sont plus que jamais les Français à l'avant-garde de la République», comme le soulignait l'ex-ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, lors du rassemblement, organisé par le CRIF, deux années après les tueries de Toulouse et de Montauban.

    Bien que l'actualité, comme la requalification en acte à caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi, la réédition très controversée des écrits de Céline, ou encore la pas si nette agression à caractère antisémite d'un écolier portant une kippa par deux jeunes de Sarcelles, justifie ce type d'intervention sur le plan national, Emmanuel Macron s'est aussi exprimé sur les volets internationaux.

    Sommé de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël par le président d'une association qui défend parfois plus les intérêts du gouvernement israélien que celui des juifs de France, selon l'Union des Juifs de France pour la Paix, Emmanuel Macron a réaffirmé la position de la France sur cette question, qui a enflammé les territoires palestiniens en décembre 2017:

    «À un moment donné du processus, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et de la Palestine adviendra, mais cela doit venir au bon moment du processus, dans un jeu équilibré, qui avancera.»

    Cette demande du CRIF au Président Macron n'est pas la première. En effet, rappelons que dès l'annonce de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël, le 6 décembre 2017, le CRIF avait réclamé qu'Emmanuel Macron en fasse de même.

    Et finalement, devant près d'un millier de personnes, devant des ministres, des députés, des ambassadeurs, des «personnalités» culturelles, etc., dont probablement la majorité partageait la demande du CRIF, Emmanuel Macron a donc réaffirmé que la France prônait une solution à deux États, soulignant comment il voyait son rôle: «le Président de la République française ne ferait pas son devoir, y compris à votre endroit, s'il se contentait simplement de vous faire plaisir pour une soirée.»

    Enfin, lors du dîner organisé sous la Pyramide du Louvre, où par ailleurs les époux Beate & Serge Klarsfeld ont reçu le prix du CRIF 2018, le chef de l'État a condamné à nouveau les appels à boycotter des produits israéliens: «ces actions sont prohibées par notre droit, je les considère comme indignes, je les condamne avec la plus grande fermeté, et elles seront toujours scrupuleusement poursuivies et sanctionnées.»

    On pourrait remarquer, qu'à l'instar du dossier «Jérusalem, capitale d'Israël», la question du boycott de produits israéliens devrait davantage être traitée par le pays concerné que par une organisation qui représente les juifs français. Si le CRIF se défend d'être un lobby, l'organisation affiche tout de même son soutien à l'État d'Israël: «le CRIF a pour vocation l'affirmation de sa solidarité envers Israël». Rappelons que le CRIF fédère des dizaines d'associations dont le B'nai B'rith France et l'Alliance israélite universelle, et est affilié au Congrès juif mondial, connues pour leur soutien sans faille à Israël.

    Nonobstant, le Président de la République a qualifié «d'odieuse» la campagne d'appel au boycott en 2016 et rappelé l'illégalité de l'appel à boycotter les produits israéliens. En effet, en octobre 2015, la Cour de cassation avait confirmé l'arrêt de la Cour d'appel de Colmar qui condamnait des militants soutenant la cause palestinienne dénonçant devant une grande surface: «Israël assassin, Carrefour complice». Si le boycott a largement été utilisé comme une arme politique, l'appel à boycotter les produits israéliens est aujourd'hui interdit seulement en France et en Israël. Précisons qu'Amnesty International et bien d'autres organisations ou personnalités ont souligné que cette décision allait à l'encontre de la liberté d'expression.

    La détermination d'Emmanuel Macron à ce sujet renvoie finalement à la cause de ces boycotts. En effet, ce genre d'opérations médiatiques, organisées par la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), créée par 171 ONG palestiniennes en 2005, a pour but de sensibiliser la communauté internationale à propos des colonies israéliennes sur le territoire palestinien, notamment en Cisjordanie. Ces colonies, illégales au regard du droit international, ne cessent de s'étendre sur les terres palestiniennes, même de manière «sauvage», malgré les injonctions fréquentes de nombre de pays et organisations internationales comme l'Union européenne. Mais de simples déclarations ne semblent pas empêcher le gouvernement de Benjamin Netanyahou, classé à l'extrême droite, d'appliquer sa politique.

    Une des mesures qui a fait réagir Israël fut appliquée en novembre 2015 à la demande de l'Union européenne: l'étiquetage des produits israéliens en mentionnant sur chaque produit s'il était importé des implantations juives en territoires palestiniens occupés par Israël.

    Ainsi, alors que la France a obligé les distributeurs à mentionner «colonie israélienne», à l'instar du gouvernement israélien, qui avait critiqué Paris en l'accusant de favoriser les boycotts, le CRIF n'avait pas hésité à condamner «avec la plus grande fermeté la décision du gouvernement français de rendre obligatoire le double étiquetage des produits en provenance d'Israël», qualifiant la décision française de «traitement discriminatoire».

    Le CRIF termine sa dénonciation en considérant que les mesures contre Israël sont des actes antisémites:

    «Le CRIF rappelle que l'obsession anti-israélienne contribue à l'importation du conflit en France et attise la haine.

    Pour Francis Kalifat, Président du CRIF, cette décision discriminatoire ne va pas dans le sens de l'apaisement et renforce le mouvement illégal BDS qui déverse sa haine et sa détestation d'Israël, appelant au mépris de la loi, au boycott et à la délégitimation du seul état du peuple juif, pratiquant ainsi un antisionisme obsessionnel qui véhicule la forme moderne de l'antisémitisme.»

    Lire aussi:

    Marche blanche pour Mireille Knoll: politiser le communautarisme, passion du CRIF?
    Une enquête ouverte sur un prêche d'un imam de Toulouse pouvant inciter «à la haine»
    Contre l’avis du Crif, Le Pen et Mélenchon participeront à la marche pour Mireille Knoll
    Tags:
    antisémitisme, Juifs, Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Emmanuel Macron, Jérusalem, Israël, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik