Ecoutez Radio Sputnik
    le ministère russe des Affaires étrangères

    Affaire Skripal: Moscou promet d'expulser à son tour des diplomates britanniques

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (126)
    23701

    Après l’expulsion de 23 diplomates russes de Londres, Moscou se montre déterminé à prendre des mesures de rétorsions. Ces dernières seront décidées par Poutine dans les plus brefs délais et «répondront aux intérêts de la Russie».

    La riposte russe contre Londres dans l'affaire Skripal «ne se fera pas attendre». C'est au Président Poutine de faire le point sur les mesures de rétorsion à prendre à l'encontre du Royaume-Uni, a annoncé ce jeudi le Kremlin par la voix de son porte-parole, Dmitri Peskov.

    «Les propositions seront formulées par le ministère des Affaires étrangères et d'autres instances, mais la décision finale sera prise par le Président russe», a-t-il indiqué ce jeudi lors d'un point-presse. «Aucun doute sur le fait qu'il choisira la variante qui répond le mieux aux intérêts russes».

    Si l'ensemble des mesures n'a pas encore été décidé, nous savons déjà que l'expulsion de diplomates britanniques en fera certainement partie. C'est ce qu'a annoncé dans un entretien à Sputnik Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe.

    «Forcément», a-t-il répondu à la question de savoir si la Russie comptait mettre à la porte des diplomates britanniques après l'expulsion de 23 de leurs homologues russes. Quant aux délais, la réponse fut aussi laconique: «Prochainement».

    Le Kremlin a de son côté dénoncé une fois de plus des «allégations dénuées de fondement», ce qui relève de la catégorie des «provocations».

    «La position britannique nous paraît irresponsable du point de vue des rapports diplomatiques ainsi qu'en ce qui concerne les enjeux et l'intérêt de mener une enquête réelle en vue de trouver des personnes réelles qui se trouvent derrière (l'empoisonnement, ndlr)», a déclaré M. Peskov.

    Le responsable a affirmé que le Royaume-Uni avait ainsi «violé le droit international».

    «Cette violation de la part de Londres est évidente. De fait nous sommes préoccupés par la situations qui règne, mais continuerons de dire avec patience et à faire connaître notre position à l'opinion publique internationale: la Russie n'a aucun rapport avec l'incident qui s'est produit avec Skripal à Salisbury», a-t-il résumé.

    Le 4 mars, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M. Skripal avait reçu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis lorsque 10 agents russes, dont Anna Chapman, sont rentrés dans leur patrie.

    Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

    Mercredi, Londres a expulsé 23 diplomates russes du pays et a suspendu tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

    Dossier:
    Affaire Skripal (126)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: Londres expulse 23 diplomates russes
    Skripal: Moscou appelle Londres à lui donner accès au dossier sur l’usage d’arme chimique
    Theresa May dit suspendre tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie
    Tags:
    Sergueï Skripal, Dmitri Peskov, Sergueï Lavrov, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik