Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Michael Pompeo

    Désignation de Mike Pompeo: à quoi s’attendre au Moyen-Orient?

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    7019

    Le nouveau secrétaire d’État américain «continuera à agir comme chef des services de renseignement, c’est-à-dire, de la façon la plus clandestin». Quel avenir attend le Moyen-Orient suite à ce changement? Sputnik débat de cette question avec des experts.

    L'accord sur le programme nucléaire iranien conclu entre l'Iran et d'autres pays, y compris les États-Unis, se trouve être sur un terrain glissant, le Président américain s'entourant de militaires, a déclaré à Sputnik, Hussein Ruoran, professeur de sciences politiques à l'Université de Téhéran.

    «On peut parler d'une menace de la sortie des États-Unis de l'accord nucléaire et non pas de son annulation. C'est pourquoi de nombreux scénarios sont possibles [autour de la situation avec l'Iran, ndlr]», a précisé M.Ruoran.

    D'après un autre interlocuteur de Sputnik, Ali al Heil, enseignant de sciences politiques au Qatar, l'état des choses pour Doha ne s'améliorera pas.

    «Les pays qui ont imposé le blocus au Qatar, saluent la nomination de Mike Pompeo. Ils pensaient que Tillerson soutenait le Qatar», a-t-il notamment souligné.

    Selon le politologue de Washington, Atef Abdel Jawad, «Donald Trump a effectué ce changement, puisque il veut rassembler autour de lui une équipe de personnes qui croient aux valeurs américains».

    «Je pense que l'ancien chef de la CIA, Mike Pompeo, continuera à agir comme le chef des services de renseignement, c'est-à-dire, de la façon la plus clandestin. Ainsi, nous ferons face à de nombreuses surprises lors de l'exercice de sa fonction.»

    Lire aussi:

    «Si le Qatar ne modifie pas sa politique, Washington prendra des mesures plus dures»
    La position de la Russie «augmentera les chances de résorption de la crise» du Golfe
    Crise arabe: les pays du Golfe remontés contre le Qatar
    Tags:
    secrétaire d'Etat, programme nucléaire iranien, Mike Pompeo, Donald Trump, Washington, Iran, Doha, Qatar, Proche-Orient, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik