International
URL courte
Affaire Skripal (128)
231163
S'abonner

La campagne de dénigrement de la Russie par les pays occidentaux est directement liée à la crise syrienne et notamment aux succès des forces russes en Syrie et à la lutte russe contre les armes chimiques, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

L'hystérie antirusse entourant l'affaire Sergueï Skripal, orchestrée par le gouvernement britannique, est liée au conflit syrien et n'est qu'une partie d'un grand spectacle terrifiant, qui déstabilise le monde entier, selon Maria Zakharova:

«Il faut en quelque sorte montrer au monde que la Russie n'est pas pacificatrice, mais joue son propre jeu. Et voilà que fait son apparition un nouveau tournant de la campagne antirusse sous la forme de déclarations de la Première ministre britannique. C'est le premier lien entre ces deux histoires [l'opération militaire russe en Syrie et l'affaire Skripal, ndlr]», a affirmé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères à la chaîne Rossiya 24. «Le deuxième point, c'est le célèbre sujet des armes chimiques».

L'Occident s'acharne toujours à accuser Damas, mais aussi Moscou, d'utiliser des armes chimiques sur le territoire syrien, a-t-elle poursuivi. «Cela n'a aucun fondement, aucune preuve n'est fournie. Comment peut-on prouver quelque chose sans preuves?»

«Cela s'inscrit dans un grand spectacle», qui déstabilise l'échiquier mondial, a-t-elle mis en valeur. Par conséquent, «il apparaît une nouvelle provocation d'une ampleur mondiale où l'on utilise de nouveau des termes tels que "armes chimiques" et "empoisonnement par des agents chimiques"».

D'après la porte-parole, les pays occidentaux comptent duper le public pour distraire l'attention de leurs actions en Syrie et en Irak:

«L'Occident cherche tout simplement à badiner tout le monde et à détourner l'attention de ce qu'il a commis sur les territoires syrien et irakien», a-t-elle fustigé.

En renforçant cette «frappe de propagande», les Occidentaux poursuivent toujours leurs efforts pour changer le pourvoir actuel en Syrie, ceci alors que le processus de paix a vraiment commencé à progresser, a ajouté Mme Zakharova.

En cela, Mme Zakharova a constaté que Londres n'avait jusqu'ici pas fourni d'informations sur Sergueï Skripal: «Nous ne sommes en rien au courant de leur état [de santé, ndlr], ni ne savons où ils se trouvent, ni ce qui se passe.»

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M. Skripal a reçu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

La Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Le Royaume-Uni a refusé de fournir des éléments de preuve, que Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, avait demandés auparavant.

Dossier:
Affaire Skripal (128)

Lire aussi:

Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Résistance au vaccin, nouveaux variants du virus en France: l’épidémie peut-elle dégénérer?
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Tags:
empoisonnement, campagne militaire, accusations, propagande antirusse, provocation, armes chimiques, Theresa May, Maria Zakharova, Occident, Royaume-Uni, Londres, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook