Ecoutez Radio Sputnik
    Gina Haspel

    La CIA recourra-t-elle de nouveau aux tortures?

    © REUTERS / CIA/Handout
    International
    URL courte
    11216

    La nomination de Gina Haspel au poste de directrice de la CIA préoccupe certains experts, qui y voient le danger d’une reprise des méthodes de travail brutales.

    Avant d'être nommée directrice adjointe de la CIA, Gina Haspel avait dirigé une prison secrète en Thaïlande, où la torture par l'eau semble avoir été pratiquée, a indiqué à Sputnik Thomas Whalen, professeur agrégé à l'Université de Boston.

    «C'est important car le Président Trump a ouvertement spéculé sur le fait qu'il aimerait faire rentrer la torture par l'eau, ou la torture en général, dans l'arsenal des outils américains», a souligné l'expert.

    «Politiquement, la nomination de la première femme au poste de directrice de la CIA est un pas en avant plutôt favorable. Car ce fait brise le plafond de glace qui existe dans le gouvernement américain. Dans le même temps, elle est apparemment très populaire au sein de l'agence», a dit l'expert.

    Il peut donc s'agir de pousser à faire confiance à l'administration Trump, confiance qui n'existe pas trop en ce moment, selon lui.

    La candidature de Mme Haspel devra encore être approuvée lors d'une audience.

    Le fait d'avoir dirigé une prison secrète, la controverse entourant la torture qui remonte aux incidents d'Abu Ghraib sous l'administration Bush, tout cela pourrait compliquer l'approbation de la candidature de Gina Haspel à ce nouveau poste, estime l'expert.

    Si elle est confirmée à cette position, cela pourrait signifier un retour à des techniques d'interrogatoire dures, que l'on pourrait considérer comme étant de la torture, a encore indiqué Thomas Whalen.

    «Et cela montre que Trump essaye de forger la CIA, semble-t-il, à son image», note-t-il. Et lors de sa campagne électorale, Donald Trump laissait entendre que le renoncement aux tortures avait sapé la capacité de la CIA à collecter des renseignements. Cette position controversée devrait susciter de nombreux débats lors de l'audience, estime le spécialiste.

    Lire aussi:

    «Bloody Gina»: une adepte de la torture à la tête de la CIA, selon un ex-agent
    Cris et humiliations: témoignages d’ex-prisonniers de «l’antre de la torture» US en Irak
    Trump remplace Rex Tillerson par Mike Pompeo au poste de secrétaire d'État
    Tags:
    tortures, CIA, Thomas Whalen, Donald Trump, Gina Haspel, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik