International
URL courte
2136
S'abonner

L'état-major des forces armées turques a rappelé les destructions subies par Mossoul, Raqqa ou bien Alep en réponse aux accusations qui entourent l'opération Rameau d'olivier.

En réaction aux rapports faisant état de morts civils et de destruction de sites historiques lors de l'opération militaire menée par Ankara à Afrine, l'état-major des forces armées turques a publié sur sa page Twitter des photos de la ville syrienne à côté de celles de Mossoul ou de Raqqa.

«Les civils, les réserves naturelles, les monuments historiques, culturels et religieux sont des cibles intouchables pour les Forces armées de Turquie!», indique la légende qui accompagne les images des villes sévèrement endommagées par les hostilités et les bombardements.

Outre le sort de Mossoul et Raqqa, anciennes «capitales» irakienne et syrienne de Daech*, l'état-major a cité en exemple les destructions subies par la Ghouta orientale et Alep.

Depuis le 20 janvier dernier, les forces turques soutenues par l'Armée syrienne libre mène l'opération Rameau d'olivier à Afrine, région syrienne contrôlée par les Unités de protection du peuple kurdes (YPG), organisation considérée comme terroriste par Ankara.

Dimanche, le Président turc Recep Tayyip Erdogan avait affirmé que l'opposition syrienne soutenue par son armée avait pris le contrôle total de la ville d'Afrine.

Le vice-Premier ministre Bekir Bozdag a pour sa part promis que les forces armées turques ne resteraient pas dans le secteur d'Afrine une fois leur opération militaire terminée, laissant la région à ses «véritables propriétaires».

*Organisation interdite en Russie

Lire aussi:

Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Voici la température qui tue le coronavirus
Tags:
destruction, combat, Rameau d'olivier, Forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ), Raqqa, Mossoul, Turquie, Syrie, Afrine (Syrie)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook