Ecoutez Radio Sputnik
    Des entrepôts secrets de Daech mis au jour en Irak

    15e anniversaire de l'invasion américaine en Irak

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    13415

    Le 20 mars 2003, les États-Unis et la coalition anti-irakienne entamaient une opération militaire en Irak. Il y a quinze ans démarraient la lutte contre Al-Qaïda* et l'ancrage de la démocratie dans ce pays.

    Lien entre la lutte US contre Al-Qaïda* et l'apparition de Daech*

    Les autorités américaines ont lancé leur attaque contre l'Irak sous le slogan de lutte contre Al-Qaïda*. Après les attentats du 11 septembre 2001, le monde entier a été proclamé domaine d'intérêt national des États-Unis qui estimaient que le réseau terroriste était soutenu par Saddam Hussein en personne. Il s'est avéré par la suite qu'Al-Qaïda* n'était pas présent en Irak. Qui plus est, le nombre d'attentats a augmenté en flèche après l'invasion américaine. D'ailleurs, pour plusieurs spécialistes des groupes extrémistes, c'est cette dernière qui a engendré l'apparition de Daech* en Irak et qui a entraîné l'aggravation des conflits à l'intérieur du pays.

    Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales installé à Genève, a déclaré à Sputnik que lorsqu'ils ont occupé l'Irak en 2003, les États-Unis ont porté un coup aux forces de sécurité, au renseignement et à l'armée du pays, laissant un vide à leur place. Pour faire face aux crimes des occupants, rappelle l'expert, l'Irak a mis en place un mouvement de résistance. Les extrémistes ont rapidement profité de la situation pour faire de la propagande et ont vu augmenter le nombre de leurs partisans. Ils ont réussi à se procurer des armes qu'il était d'ailleurs assez facile d'acheter, explique l'interlocuteur de Sputnik.

    Les Américains ont fait monter d'un cran la tension et la confrontation au sein de la société irakienne, avant tout en matière religieuse, a-t-il poursuivi. On a vu se déchaîner la violence dont les extrémises ont profité, estime Riadh Sidaoui. Cette même situation a été vécue par la suite par la Tunisie, la Libye, la Syrie et l'Égypte.

    Ahmed Ban, expert égyptien en groupes extrémistes, a indiqué pour sa part à Sputnik que «l'invasion américaine avait provoqué le rapprochement entre le mouvement irakien de résistance à l'occupation, les membres de l'armée irakienne et les groupes salafistes et djihadistes. Ce qui a débouché sur la formation de la tristement célèbre organisation Daech* qui a instauré le contrôle d'une grande partie de l'Irak et qui a débordé du pays».

    «Les crimes des Américains en Irak sont devenus le principal motif des actes de vengeance. C'est cette dernière qui a servi de base à la formation de Daech*», a-t-il expliqué.

    Qui plus est, les Américains soutenaient activement Daech*, renchérit Mahmoud Anwar, homme politique irakien et chef du mouvement «Nous sommes tous l'Irak».

    «Les États-Unis sont le sponsor officiel du terrorisme en Irak et dans le monde entier. Ils le font directement ou par l'entremise de leurs alliés. Nous nous souvenons des paroles de l'ex-secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, qui a dit que le gouvernement américain avait eu des relations avec Daech*, mais qu'il était temps de «cesser cette collaboration». «Elle l'a dit», a-t-il souligné.

    Aucune arme de destruction massive n'a pas été découverte en Irak

    La seconde raison de la présence américaine en Irak — qui est devenu le principal argument pour s'attacher le soutien d'une partie de la communauté internationale — est l'arme de destruction massive. A la table du Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire d'État américain, Colin Powell, s'appliquait à prouver qu'en violation des résolutions de l'Onu, l'Irak détenait l'arme nucléaire et des réserves d'armes chimiques.

    Mahmoud Anwar a indiqué à Sputnik que «Donald Trump avait reconnu lors de sa campagne électorale que l'opération en Irak avait été un échec qui n'avait rien donné. Il a été déclaré à plusieurs reprises que Saddam Hussein ne possédait pas l'arme de destruction massive».

    «Les Américains n'étaient pas à la recherche de cette arme, comme ils l'affirmaient. Ils ne voulaient qu'un prétexte pour détruire l'Irak. Les Américains réalisaient ainsi leurs ambitions au Proche-Orient», a-t-il affirmé.

    Implanter la démocratie par des méthodes illégales

    Le troisième prétexte à l'invasion en Irak a été la guerre contre la tyrannie et l'implantation de la démocratie. C'est cette idée qui est devenue le mot d'ordre de la campagne médiatique lancée parmi les Américains pour soutenir l'ingérence. Toutefois, les médias ne soufflaient mot sur le fait que l'invasion était illégale du point de vue du droit international.

    Abdel Salam al Hatimi, expert irakien des relations internationales, a indiqué à Sputnik que, selon les États-Unis, l'Irak poursuivait la fabrication d'armes de destruction massive, bien que la commission d'inspecteurs qui travaillait alors en Irak n'ait rien trouvé. Or, c'était en contradiction avec la résolution 1441 de l'Onu sur le désarmement de l'Irak. Ainsi, l'invasion en Irak était-elle illégale.

    Ahmed Ban a fait remarquer qu'il ne fallait plus fonder d'espoirs sur les organisations internationales dans le monde actuel. Ainsi, l'Onu sert aux Américains à dissimuler leurs crimes, pratiquer leur politique et gérer les ressources des petits pays. Ils sont convaincus de leur impunité, a poursuivi l'expert égyptien.

    Riadh Sidaoui a déploré que la communauté internationale était guidée par la loi de la force et non par la force de la loi, ce qui n'a fait que laisser le champ libre aux Américains pour commettre leurs crimes. Aujourd'hui, l'équilibre des forces dans le monde change grâce au rôle croissant de la Chine et de la Russie.

    À qui a profité la guerre en Irak?

    Après leur invasion de l'Irak, les États-Unis ont réussi à renforcer leurs positions sur le marché pétrolier mondial. La série de guerres et la déstabilisation du Proche-Orient ont entièrement éclipsé le problème de la Palestine et de l'occupation israélienne. Des milliers d'Américains sont toujours en Irak. Bagdad doit encore résoudre la question des déplacés. C'est un problème d'actualité et chaque mouvement politique irakien propose sa propre solution. C'est un défi supplémentaire pour les élections législatives prévues pour mai prochain.

    * Organisations interdites en Russie

    Lire aussi:

    «Sous l’occupation américaine de l’Irak, Al-Qaïda s’est transformé en Daech»
    «L’occupation américaine a tourné en une vraie catastrophe pour l’Irak»
    Bagdad n’entend pas s’ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins
    Tags:
    attentat, guerre, invasion, attentats du 11 septembre 2001, guerre d'Irak (2003), Al-Qaïda, Daech, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Sputnik, Donald Trump, Colin Powell, Hillary Clinton, Saddam Hussein, Palestine, Russie, Chine, Proche-Orient, Egypte, Syrie, Libye, Tunisie, Genève, États-Unis, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik