International
URL courte
22530
S'abonner

Un fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, tué en 2011, est prêt à fournir des preuves que la campagne de l'ancien Président Nicolas Sarkozy avait été financée par des fonds illégaux et était soutenue par l'ex-chef libyen lui-même.

Saïf al-Islam, le deuxième fils du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, a annoncé être prêt à témoigner contre Nicolas Sarkozy.

«Je précise que j'ai encore des preuves solides contre Sarkozy. Et je n'ai pas encore été entendu comme témoin dans cette affaire, ni Abdallah Senoussi, l'ex-directeur des services de renseignements libyens, qui détient encore un enregistrement de la première réunion de Sarkozy et Kadhafi à Tripoli avant sa compagne électorale», a affirmé Saïf al-Islam dans un entretien accordé au site Africanews.

Nicolas Sarkozy
© Sputnik . Ekaterina Chesnokova
Saïf al-Islam indique qu'il a été témoin de la livraison de la première tranche d'argent à Claude Guéant, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, à Tripoli.

Nicolas Sarkozy a été placé le 20 mars en garde à vue dans les locaux de l'office anticorruption (Oclciff) à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l'enquête sur le financement libyen de la campagne présidentielle de 2007. C'était la première fois que l'ancien chef de l'État était entendu dans le cadre de cette affaire depuis l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013.

L'ex-Président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a toujours formellement démenti les faits allégués, notamment par le franco-libanais Ziad Takieddine.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
financement, Saïf al-Islam Kadhafi, Mouammar Kadhafi, Nicolas Sarkozy, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook