Ecoutez Radio Sputnik
    Militaire russe en Syrie

    La crise syrienne, prototype de la «guerre de nouvelle génération»

    © Photo. Russian Defense Ministry
    International
    URL courte
    4541

    Pour le chef d'état-major interarmées russe, le conflit qui touche aujourd'hui la Syrie permet de présager certains traits essentiels des guerres qui auront lieu à l'avenir.

    La principale caractéristique de la crise syrienne consiste en ce que les belligérants mènent des actions dissimulées contre Damas sans s'engager dans un conflit militaire direct, a déclaré le chef d'état-major interarmées russe, le vice-ministre de la Défense Valéri Guérassimov.

    S'exprimant à l'Académie militaire de l'état-major général, M.Guérassimov a indiqué que certains observateurs considéraient aujourd'hui le conflit syrien comme le prototype de la «guerre de nouvelle génération».

    «Son trait particulier consiste en ce que les pays ennemis de la Syrie entreprennent des démarches dissimulées à son encontre qui ne laissent pas de traces», a déclaré le général.

    Selon lui, le «contenu» même des actions militaires subit des changements profonds. La manœuvrabilité des troupes sur le terrain ne cesse de croître, tandis que les efforts de tous les moyens de frappe et de feu sont intégrés dans un même système.

    «La croissance de la part des armes de haute précision assure la destruction ciblée et sélective des cibles à un moment donné», souligne le vice-ministre russe.

    Toujours d'après M.Guérassimov, la diversification des moyens à disposition des forces armées permet d'étendre de manière significative les limites des théâtres d'opérations.

    Lire aussi:

    La Russie prête à riposter en cas d’une éventuelle frappe US contre Damas
    Pour une victoire finale, «éviter le retour des terroristes en Syrie »
    Les terroristes en Syrie sont armés et financés de l’étranger, selon l’état-major russe
    Tags:
    conflit, guerre, Valéri Guérassimov, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik