International
URL courte
461457
S'abonner

L'Onu a adopté cinq résolutions critiquant le comportement d'Israël, notamment pour des violations des droits de l'Homme sur le plateau du Golan et celles des droits des Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés.

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a adopté cinq résolutions contre Israël dont l'une appelle à un retrait israélien des hauteurs du Golan qui restent sous contrôle de ce pays depuis la guerre des Six Jours, en 1967.

Une autre résolution votée vendredi qualifie de violation du droit international les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, indique Al-Masdar News.

En outre, le Conseil des droits de l'Homme a appelé à une interdiction internationale des ventes d'armes à Israël, les résolutions exprimant un soutien aux Palestiniens. Le document sur les violations du droit international dans les territoires palestiniens occupés a été adopté par 27 voix contre 4 avec 15 abstentions. Il exhorte la communauté internationale à cesser de vendre des armes au régime israélien et «à promouvoir le respect du droit international».

Les résolutions ont été adoptées vendredi à la fin de la 37e session du Conseil des droits de l'Homme.

Israël reste toujours présent sur le plateau du Golan, bien que les habitants se considèrent comme citoyens syriens. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait précédemment répété que Tel Aviv n'avait pas l'intention de restituer les hauteurs.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Le ministère de la Santé confirme plus de 45.000 contaminations en 24h
Le Russe Khabib Nurmagomedov conserve son titre de champion des poids légers de l’UFC et annonce son départ
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Tags:
résolution, Guerre des Six Jours (1967), ONU, Benjamin Netanyahou, Tel Aviv, Israël, Hauteurs du Golan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook