International
URL courte
Expulsion de diplomates russes et riposte (58)
4230
S'abonner

La Nouvelle-Zélande ne peut pas se joindre à ses alliés qui expulsent des diplomates russes parce que Wellington n’a pas réussi à démasquer d’agents du renseignement sous couverture sur son territoire, a annoncé mardi la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.

Jacinda Ardern, Première ministre de la Nouvelle-Zélande, a indiqué qu'aucun diplomate russe ne peut être expulsé parce qu'aucun agent des services spéciaux n'a été découvert dans leurs rangs.

«Il n'y a aucun officier du renseignement [russe en Nouvelle-Zélande, ndlr]. Si nous les avions repérés, nous les aurions expulsés, a-t-elle déclaré à la radio locale RNZ.

Dix-huit pays de l'Union européenne ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine et quelques autres ont décidé, en lien avec l'affaire Skripal, d'expulser des diplomates russes. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission de Russie auprès de l'Onu. Le consulat général russe à Seattle sera fermé. Le ministère russe des Affaires étrangères a déjà promis une réponse en conséquence à cette démarche inamicale.

Un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, Sergueï Skripal, et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Dossier:
Expulsion de diplomates russes et riposte (58)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
services spéciaux, premier ministre, diplomates, expulsions, espionnage, renseignement, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Skripal, Theresa May, Salisbury, Seattle, Nouvelle-Zélande, Norvège, Royaume-Uni, Canada, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook