International
URL courte
Affaire Skripal (128)
562076
S'abonner

«La plus grande manipulation de l'opinion publique» a été dévoilée ce mardi par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a publié la présentation faite à des membres du personnel d'ambassades étrangères au cours d'une conférence de presse organisée à l'ambassade du Royaume-Uni à Moscou.

Sur sa page Facebook, Maria Zakharova évoque l'«échec cuisant» de la Première ministre Theresa May.

«Ça y est! Kommersant s'est procuré les documents secrets sur la base desquels les États-Unis et les pays de l'UE ont décidé d'expulser les diplomates russes, approuvant les accusations de Londres contre la Russie qui serait impliquée dans l'affaire Skripal. C'est un échec cuisant pour Theresa May. Voici dévoilée la plus grande manipulation de l'opinion publique avec implication des autorités britanniques. Voyez. La décision sur la responsabilité d'un pays pour une attaque chimique a été prise sur la base de six images», a-t-elle indiqué.

Les documents de cette présentation sont publiés par le journal russe Kommersant.

Dans le cadre de l'affaire Skripal, Washington a ordonné d'expulser 60 diplomates russes, dont 48 employés de la mission diplomatique américaine et 12 employés de la mission des Nations unies.

La France, l'Allemagne et plusieurs autres pays européens leur ont emboîté le pas. Le Canada et l'Australie se sont également joints à cette initiative et ont annoncé l'expulsion de diplomates russes.

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié de provocation cette vague d'expulsions.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Moscou a répliqué en expulsant le même nombre de diplomates britanniques et en ordonnant la fermeture du British Council.

Dossier:
Affaire Skripal (128)

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
diplomates, expulsions, provocation, Kommersant, Facebook, Inc, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Skripal, Theresa May, Maria Zakharova, Salisbury, Washington, Royaume-Uni, Londres, Canada, Moscou, Australie, France, Allemagne, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook