Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane

    Prince héritier saoudien: le wahhabisme a été propagé à la demande des Occidentaux

    © AFP 2018 Alain Jocard
    International
    URL courte
    689914

    Dans une interview accordée à The Washington Post, le prince héritier Mohamed ben Salmane a révélé que Riyad avait propagé l'idéologie wahhabite pendant la guerre froide, à la demande de ses alliés occidentaux afin de contrer l'URSS.

    Selon Mohammed ben Salmane, l'idéologie wahhabite avait été propagée au cours de la seconde moitié du XXe siècle par Riyad à la demande de ses alliés occidentaux, afin de contrer l'influence de l'Union soviétique dans les pays musulmans. Le prince héritier saoudien a fait cette déclaration lors d'une interview à The Washington Post à l'occasion de sa visite diplomatique aux États-Unis.

    «À l'origine, c'est à la demande de nos alliés que nous nous sommes investis dans la création d'écoles coraniques, de mosquées et dans la propagation du wahhabisme dans le monde musulman», a-t-il révélé.

    Mohammed ben Salmane a expliqué, cité par Al Watan, que le but de l'opération «était d'empêcher l'Union soviétique d'asseoir son influence dans le monde musulman».

    «Nos alliés ont exigé de nous que nous utilisions nos ressources pour accomplir cette tâche», a-t-il précisé.

    Il a admis également que «les gouvernements saoudiens successifs se sont égarés» et qu'il était urgent «aujourd'hui d'œuvrer à un retour à la normale».

    S'agissant du financement du wahhabisme, Mohammed ben Salmane a assuré qu'il «provient en grande partie d'institutions privées basées dans le royaume» et qu'il ne s'agissait pas d'une politique d'État.

    Lire aussi:

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    Les USA ne seraient pas satisfaits du futur roi saoudien
    Téhéran dénonce un «énorme mensonge» de l'Arabie saoudite
    Tags:
    wahhabisme, Mohammed Ben Salmane, URSS, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik