Ecoutez Radio Sputnik
    Marche blanche pour Mireille Knoll

    Marche blanche pour Mireille Knoll: politiser le communautarisme, passion du CRIF?

    © AFP 2018 Francois Guillot
    International
    URL courte
    Mike Beuve
    13316

    Tandis que des marches blanches seront réalisées à travers la France, ce mercredi 28 mars, en hommage à Mireille Knoll, sauvagement assassinée, le CRIF crée la polémique en désignant la France insoumise et le Front national comme personae non gratae. Au risque de briser l’union nationale autour de la dénonciation des crimes antisémites?

    «La surreprésentation des antisémites tant à l'extrême gauche qu'à l'extrême droite rend ces deux partis infréquentables. Et s'ils sont infréquentables, ils ne sont pas les bienvenus.»

    De nombreux Français se réuniront, ce mercredi 28 mars en fin de journée, à la mémoire de Mireille Knoll, survivante de la rafle du Vel'd'Hiv et âgée de 89 ans, sauvagement assassinée. Alors que des marches blanches seront réalisées dans de nombreuses villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg…) pour lui rendre hommage et dénoncer ce nouvel acte antisémite, le CRIF semble vouloir ajouter une dimension politique à un drame touchant la communauté juive.

    ​En effet, Francis Kalifat, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), ne souhaite pas que le Front national et la France insoumise participent à la marche blanche qui se déroulera à Paris. Le président du CRIF justifie sa réaction par la «surreprésentation des antisémites» dans ces deux partis. Il reproche également aux membres de la France insoumise d'avoir «besoin d'éclaircir leur position en ce qui concerne le boycott d'Israël, la haine d'Israël véhiculée dans notre pays. Ces mouvements veulent faire d'Israël le juif des nations». Si Francis Kalifat tempère ses propos et estime que des «électeurs du Front national ou de la France insoumise seront sûrement là […] On ne va pas demander l'appartenance de chaque personne. On ne veut juste pas les symboles de ces mouvements.» Des symboles qui ont d'ores et déjà annoncé leur présence.

    Dans un passé pas si lointain, l'ancien président du CRIF, Roger Cukierman avait déclaré que Marine Le Pen était «personnellement irréprochable», mais que le FN était un parti à éviter en dépit du fait que «c'est un parti qui ne commet pas de violences». En effet, selon lui «toutes les violences aujourd'hui, et il faut dire les choses, sont commises par des jeunes musulmans.»

    Cette mise à l'index est pourtant loin de faire l'unanimité. À commencer par le fils de la défunte, qui a dénoncé la dimension politique du CRIF, refusant d'ostraciser tel ou tel en fonction de ses choix politiques:

    ​Des membres de la communauté juive se sont également désolidarisés, sur Twitter, des déclarations du président du CRIF.

    ​Par ailleurs, Gilles-William Goldnadel, avocat des enfants de Mireille Knoll, expliquait à Sputnik être «pour l'unité nationale, sans aucune exclusion». Un argument repris par les personnalités issues du FN et de FI. 

    ​Cependant, l'amalgame entre les deux formations politiques n'est pas du goût d'Adrien Quatennens, député LFI. «Nous sommes ceux qui luttent avec force contre tous les racismes, toutes les discriminations. Être associés à des positions antisémites nous blesse profondément. Avec de tels propos, le président du CRIF ne peut pas espérer représenter les juifs de France» dénonce Adrien Quatennens dans l'émission Politique matin sur LCP. On notera que les autres partis politiques sont pour l'instant très silencieux sur cette polémique, peut-être en raison de l'hommage national au Lieutenant-Colonel Beltrame, victime de l'attentat de Trèbes, qui se déroulait ce même mercredi 28 mars.

    Cette nouvelle controverse a le mérite de soulever une nouvelle fois les potentielles dérives liées à la politisation des communautarismes. En effet, si des drames qui touchent émotionnellement la France entière ne peuvent être dénoncés que par un groupe autoproclamé qui choisit ses soutiens, nous dirigeons-nous vers la fin de l'unité nationale? 

    Lire aussi:

    Macron au dîner du CRIF, tiraillé entre les juifs français et les enjeux israéliens
    Le meurtre atroce de l'octogénaire Mireille Knoll «glace le sang» pas seulement des Juifs
    Jérusalem: Trump sème le vent, la France récolte la tempête?
    Tags:
    hommage, marche, Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Mireille Knoll
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik