International
URL courte
38557
S'abonner

Les autorités allemandes ont rejeté les allégations selon lesquelles elles auraient violé les termes d’un accord présumé conclu il y a quelques dizaines d’années pour permettre à Israël d’obtenir un des sièges de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’Onu.

Berlin a nié des accusations provenant de certains médias et hommes politiques américains selon lesquelles il n'aurait pas respecté un arrangement prétendu conclu il y a environ 20 ans pour permettre à l'État hébreu d'obtenir un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité de l'Onu.

«Cela a toujours été le cas dans le passé qu'il y ait différentes candidatures. Nous ne nous présentons contre personne. Nous nous présentons à un siège au Conseil de sécurité», a déclaré le ministre allemand des Affaires étranger Heiko Maas à New York.

Les tensions ont éclaté lorsque l'Allemagne et Israël se sont retrouvés en concurrence pour un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour les années 2019-2020.

Récemment, dans un de ces articles, The New York Post a accusé le gouvernement allemand d'«un jeu de pouvoir honteux contre l'Israël».

En outre, Richard Grenell, l'ambassadeur américain à Berlin désigné par Donald Trump, s'est aussi prononcé sur ce sujet sur son compte Twitter.

«Ce n'est pas trop tard. Nous devrons respecter les engagements pris il y a 18 ans quand Richard Holbrooke a conclu un accord avec le groupe entier des États d'Europe occidentale et autres (GEOA).»

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
siège, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Berlin, Israël, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook