Ecoutez Radio Sputnik
    Si Londres ne répond pas aux questions, l'affaire Skripal n'est qu'une «provocation»

    Si Londres ne répond pas aux questions, l'affaire Skripal n'est qu'une «provocation»

    © AP Photo / Andrew Matthews/PA
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)
    5461

    Si Londres est incapable de répondre aux questions de Moscou au sujet de l'affaire Skripal, c'est que cette dernière n'est qu'une histoire montée de toutes pièces et la Russie insistera sur l'établissement de la vérité, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

    S'il s'avère que le Royaume-Uni n'a pas de réponses aux questions de la Russie à la prochaine réunion du conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), prévue pour le 4 avril prochain, c'est que l'affaire Skripal n'est qu'une provocation, a affirmé ce lundi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

    «Nous avons diffusé des questions très concrètes, en entière conformité avec la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC)», a-t-il indiqué.

    Sergueï Lavrov a précisé que ces questions avaient été adressées au Secrétariat technique de l'OIAC, ainsi qu'à «nos collègues britanniques et français, notamment après l'apparition d'informations — et le Président Macron en a parlé — sur une participation active de la France à l'enquête.»

    «L'incapacité de nos collègues britanniques à y répondre ne signifiera qu'une chose: que c'est une invention ou, plus concrètement, une provocation grossière», a-t-il fait remarquer.

    La Russie insistera sur la précision de tous les faits, sur l'établissement de la vérité dans l'affaire Skripal, a-t-il souligné, en rappelant que le conseil exécutif de l'OIAC se réunirait sur l'initiative de Moscou.

    Le 4 mars dernier, l'ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Par la suite, 18 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine, l'Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du consulat général russe à Seattle.

    Selon les récentes informations, Ioulia Skripal est sortie du coma et son état s'améliore. Mais les diplomates russes se voient refuser de lui rendre visite bien qu'elle soit citoyenne russe.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: Moscou fera «une bonne proposition» à l’OIAC
    Moscou: on a «forcé la main» à plusieurs pays pour qu’ils expulsent des diplomates
    Pékin annonce sa position sur l’affaire Skripal
    Tags:
    vérité, empoisonnement, consulat, provocation, questions, CIAC, ONU, OIAC, Union européenne (UE), Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Theresa May, Emmanuel Macron, Sergueï Lavrov, Salisbury, Seattle, Albanie, Monténégro, Washington, Norvège, Moldavie, Royaume-Uni, Londres, Canada, Moscou, France, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik