International
URL courte
3120
S'abonner

Le Nigeria enquêterait sur l’influence possible de Cambridge Analytica dans ses élections au milieu du scandale autour des ingérences présumées de cette société britannique sur des campagnes électorales à travers le monde.

Les autorités du Nigeria entendent enquêter sur la société britannique de communication Cambridge Analytica qui aurait pu s'ingérer dans des compagnes électorales à travers le monde, indiqué le journal nigérian Vanguard.

Selon l'édition, des enquêteurs devront déterminer si Cambridge Analytica a influencé la présidentielle de 2007 et les élections générales de 2015 en faveur du Parti démocratique populaire (PDP) qui était alors au pourvoir. Une affaire pénale pourrait être engagée contre cette société, ajoute le journal.

«Une investigation doit aider à déterminer s'il existe un lien entre les divers meurtres et mutilations qui ont accompagné nos élections depuis 2007 et les activités de désinformation des flux de données de Cambridge Analytica», a déclaré l'assistant du Président nigérian pour les médias et la publicité, Malam Garba Shehu.

Auparavant, The New York Times avait fait savoir que Cambridge Analytica avait utilisé illégalement les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour évaluer les préférences politiques d'électeurs et cibler au mieux les campagnes de l'actuel Président des États-Unis durant l'élection présidentielle.

Ensuite, la chaîne de télévision britannique Channel 4 a mené sa propre enquête selon laquelle Cambridge Analytica et son partenaire Strategic Communications Laboratories (SCL) auraient influencé plus de 200 campagnes électorales dans le monde, notamment au Nigeria, au Kenya, en République tchèque, en Inde et en Argentine.

La procureure générale du Massachusetts, Maura Healey, avait annoncé le 17 mars l'ouverture d'une enquête concernant Facebook et Cambridge Analytica. Au milieu de ce scandale, des organes de contrôle d'Israël, du Canada et un comité du parlement britannique ont décidé d'examiner des activités de Facebook.

Lire aussi:

Le désir de promotion à tout prix a coûté à un ex-gendarme sa liberté, à Chartres
Qui sont ces quatre hommes qui ont battu à mort un sexagénaire pour une remarque?
Les Américains ont agi de manière unilatérale: «On privatise l’espace: premier arrivé, premier servi»
Tags:
enquête, réseaux sociaux, scandale, ingérence, élections, Facebook, The New York Times, Cambridge Analytica, États-Unis, République tchèque, Inde, Argentine, Israël, Canada, Massachusetts, Kenya, Nigeria
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook