International
URL courte
29410
S'abonner

La lutte contre les fake news en France ne devrait pas être une tentative pour "faire taire" certains médias, estime le sénateur russe Konstantin Kossatchev.

En France, la lutte contre les fausses informations ne devrait pas se transformer en une démarche pour «faire taire» certains médias, a déclaré le président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev commentant le projet de loi français visant à lutter contre les fake news sur internet.

«Si la loi qui sera adoptée l'est pour cibler une certaine information, un pays concret, des médias concrets qu’il faut "faire taire", excusez-moi pour cette expression peu parlementaire, cela est absolument inacceptable. Cela ne correspond ni à notre compréhension des principes de la liberté d'expression et de diffusion de l'information ni, j’en suis persuadé, à celle des pays occidentaux», a souligné M.Kossatchev.

D’après lui, dans ce cas, les actions de la France devront être discutées par la suite au sein des institutions occidentales concernées, y compris la Commission de Venise, et d'autres instances.

«Mais, avant toute chose, il faut examiner le contenu de cette loi», a indiqué le sénateur russe.

Le texte du projet de loi est actuellement examiné par le Conseil d'État et devrait être présenté à l'Assemblée nationale le 11 juin. Le gouvernement souhaite le rendre applicable avant les élections européennes de 2019.

Lire aussi:

Cinq roquettes tirées contre une base militaire hébergeant des soldats US
Femme poussée dans le métro parisien: «l’auteur de l’agression» interpellé, dit Marlène Schiappa
Policiers brûlés à Viry-Châtillon: bagarre générale au moment du verdict à 1h du matin – vidéo
La France recense moins de 30.000 nouveaux cas mais le nombre de patients en réanimation remonte
Tags:
désinformation, liberté d'expression, loi, Internet, médias, Konstantin Kossatchev, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook